DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Crash de Smolensk : la théorie du complot s'essouffle

Vous lisez:

Crash de Smolensk : la théorie du complot s'essouffle

Taille du texte Aa Aa

Le parquet de Varsovie dément les affirmations d’un quotidien conservateur selon lesquelles des traces d’explosifs auraient été découvertes sur l‘épave de l’avion présidentiel qui s’est écrasé à Smolensk, en avril 2010.

L’accident avait coûté la vie à 96 personnes, dont le chef de l‘état.

Jaroslaw Kaczynski, son frère jumeau, également conservateur, n’accorde pas le moindre crédit à ce démenti.

“Les procureurs ont affirmé dans un premier temps que pas la moindre trace d’explosifs n’avait été trouvée dans les débris, avant d’ajouter que des tests complémentaires devaient être réalisés. Il y a donc des points d’interrogation, des doutes et des zones d’ombre. Tout cela s’apparente à une belle escroquerie à nos yeux.”

Une bataille politique avec son lot de théories du complot et de démentis.

Donald Tusk, le Premier ministre, répond violemment à cette sortie de Kaczynski, avec lequel il estime “qu’il n’est pas possible de coéxister dans un même état.”

“Il est totalement inadmissible que le chef de l’opposition, en se basant uniquement sur un article de presse inexact, puisse tirer des conclusions qui en réalité ne font que détruire la vie publique en Pologne, et l’Etat polonais dans son ensemble.”

Selon les analyses réalisés au cours des derniers mois, les débris de l’appareil examinés par des experts polonais et non russes, excluent formellement la présence d’explosifs sur le site du crash. Ce qui discrédite donc la possibilité d’un attentat intenté contre Kaczynski.