DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les Portugais refusent le budget le plus dur de leur histoire

Vous lisez:

Les Portugais refusent le budget le plus dur de leur histoire

Taille du texte Aa Aa

Hier soir à Lisbonne, il y a eu des heurts entre police et manifestants devant le parlement protégé par un impressionnant dispositif de sécurité.

Une grogne sociale qui ne cesse de prendre de l’ampleur au fur et à mesure que l’austérité s’intensifie et que le chômage s’accroît. Il devrait dépasser les 16% l’an prochain.

Le gouvernement de centre-droit de Pedro Passos Coelho a fait adopté hier par sa majorité parlementaire la plus importante hausse des impôts dans l’histoire récente du pays. En 2013, il y aura une augmentation des impôts sur le revenu et l’immobilier et la création d’une taxe sur les transactions financières. Objectif : ramener le déficit à 4,5% du PIB contre 5% cette année afin de satisfaire les créanciers internationaux qui ont prêté 78 milliards d’euros à Lisbonne en avril 2011.

Mais ces nouvelles hausses d’impôts sont dénoncées car elles renforcent les inégalités.

“Je suis ici parce que je suis contre toutes les mesures de ce gouvernement. Ils nous cessé de nous humilier depuis un an. Ces mesures d’austérité drastiques ne sont pas la bonne manière de résoudre cette crise”, dénonce cette manifestante.

Plusieurs personnalités de droite partagent cette opinion et certains juges vont saisir la Cour constitutionnelle pour atteinte à l‘égalité devant l’impôt.

Le prochain rendez-vous social c’est le 14 novembre avec une nouvelle grève générale à tonalité européenne puisque le mouvement concernera aussi l’Espagne et la Grèce, eux aussi dans l’oeil du cyclone de la crise.