DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ouragan Sandy : avantage Obama ?

Vous lisez:

Ouragan Sandy : avantage Obama ?

Taille du texte Aa Aa

L’ouragan Sandy a-t-il permis à Obama de prendre l’avantage sur Romney ? Peut-être.

La catastrophe naturelle a forcé les deux candidats à la retenue. Et à ce jeu-là, c’est Obama qui a gagné, dans le rôle du président fédérateur en action sur le terrain. Son adversaire Romney, lui, a du se contenter d’un rôle de spectateur.

A tel point que le gouverneur républicain du New Jersey, soutien infaillible de Romney, a finalement décidé de changer de camp.

“Les images du président sur le terrain en train de travailler avec le gouverneur républicain du New Jersey place Obama au-dessus de la politique et rappellent aux Américains les bonnes choses qu’il a faites en tant que président”, souligne Jeremy Meyer de la George Mason University. “Mais ça ne suffit pas au regard de l‘économie. Obama serait le premier président depuis Franklin Delano Roosevelt a être réélu dans un tel contexte de crise économique”.

Comme l’avait décrété les conseillers de Bill Clinton en 1992 : “It’s the econony, stupid !”. Pour gagner les élections, il faut simplement se concentrer sur l‘économie.

“C’est positif pour le président d‘être vu sur le terrain après le désastre mais quand l‘électeur ira dans l’isoloir, la seule question qu’il se posera c’est “Qui a le meilleur programme économique ?”, c’est ça qui compte”, rappelle David Winston, analyste au think-tank qui porte son nom.

La campagne électorale a repris à plein régime et les deux candidats sillonnent à nouveau le pays pour des meetings-éclair. La guerre des sondages a également repris : Obama aurait l’avantage dans les États-clefs, mais Romney lui tiendrait encore tête au niveau national. Ouragan Sandy ou pas, les deux hommes restent au coude à coude.

“Le gestion de la crise par Obama a été largement saluée, même par certains Républicains. Dans une campagne indécise et un système très bipartisan, c’est un élément qu’il ne faut pas sous-estimer”, note Paul Hackett, l’envoyé spécial d’Euronews à Washington.