DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Plus vraiment l'Obamania en Afrique subsaharienne


Kenya

Plus vraiment l'Obamania en Afrique subsaharienne

En 2008, le Kenya était touché par l’Obamania.
Le jour de l‘élection de Barack Obama avait été décrété jour férié en l’honneur du “fils prodigue”.
Le père du président américain est en effet originaire d’un village au Nord-Est du pays et les Kényans avaient placé beaucoup d’espoir dans le mandat du président américain. Mais 4 ans plus tard, c’est la désillusion.

“On est déçus parce qu’il est originaire d’ici. Il aurait pu au moins venir nous voir et rencontrer le peuple kényan. Pour qu’on sache qu’il est avec nous. Mais il nous a abandonné comme s’il n’avait jamais été un enfant de ce pays, déplore Steven Okungu, habitant de Kogelo.”

Pendant son mandat de 4 ans, Barack Obama n’a visité qu’un seul pays africain : le Ghana. Et encore, il n’y a passé que quelques heures. Mais il a su influencer la politique intérieure du Kenya.

“Obama a changé le Kenya indirectement. Avec lui, on avait l’impression d’avoir un grand frère qui nous donnait de bons conseils. Je pense que le Kenya est ainsi le seul pays en Afrique subsaharienne qui ait revu son système de gouvernance”.

S’il y en a un qui ne se sent pas déçu, c’est bien Blakk Rasta. Ce chanteur ghanéen a vu sa vie changer avec l‘élection de Barack Obama. Sa chanson, composée en l’honneur du président, l’a rendu célèbre et riche. Mais le rastaman n’a pas prévu de nouveau titre pour l‘éventuelle réélection du démocrate.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Espace : dernier voyage pour Atlantis vers... le musée