DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Elections américaines : l'Europe, si loin...

Vous lisez:

Elections américaines : l'Europe, si loin...

Taille du texte Aa Aa

Quelle différence pour l’Europe si Obama ou Romney emporte la présidence des Etats Unis ?
Le partenaire historique des Américains a-t il perdu sa place privilégiée dans la politique extérieure des USA? A en croire l’absence de l’Europe dans le débat des candidats, la réponse est oui.

Constatations et explications des experts en commençant par le président du think-tank Eurasia Group, Ian Bremmer : “On aurait pu penser, étant donné que l’UE est le plus grand espace économique commun au monde, et compte tenu de la façon dont l’Europe a pu être et pourrait être encore problématique pour l‘économie américaine, qu’on aurait pu dire des choses à ce sujet. Ils ne l’ont pas fait. Les Etats-Unis sont très disposés à dispenser des conseils aux Européens, mais personne ne sort le carnet de chèques. Clairement, la position américaine c’est : l’Europe doit régler ses problèmes… Je ne vois pas de différence significative sur l’Europe entre l’un ou l’autre des candidats”

Selon Ted Bromund, de l’Heritage Foundation, l’Europe a perdu sa valeur géo-strategique pour Washington, qui se tourne davantage vers le Pacifique : “Je pense que le temps ou les États-Unis regardaient l’Europe comme la partie la plus importante du monde est révolu, indépendamment de qui, Mitt Romney ou Barack Obama, sera à la Maison Blanche l’année prochaine. C‘était une autre époque dans la politique américaine. L’Europe est en paix ; elle perd de son importance économique par rapport à l’Asie, et naturellement les Etats-Unis vont regarder où il y a des crises de politique étrangère, et là où il y a une croissance de l‘économie.

Et, vu de l’Europe, quel est le candidat le plus soutenu? Pour cette journaliste de Time magazine il n’y a pas de doute.

Jay Newton-Small : “Ce serait un défi pour Romney de convaincre qu’il n’est pas George W.Bush. Qu’il est quelqu’un de très différent. Et ce sera aussi un défi pour lui de convaincre les Européens qu’il est plus fort que Barack Obama”

Pour l’ambassadeur de l’UE à Washington João Vale de Almeida, il n’y aura aucune différence quelque soit le gagnant : “Je n’ai aucun doute, celui qui gagnera les élections aux États-Unis poursuivra des liens transatlantiques forts. Nous resterons engagés de notre côté, et prêts pour mener des affaires, quelque soit le président qu‘éliront les Américains. “

Le sentiment général ici, à Washington, à quelques exceptions près, c’est que les relations avec l’UE sont solides. La seule préoccupation importante est bien sûr la crise de dette de la zone euro. Tant les Républicains que les Démocrates sont frustrés que l’Europe ne parvienne pas à remettre de l’ordre plus vite dans son économie. Ce sentiment ne devrait pas changer, peu importe qui gagne la Maison Blanche.