DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Et les Européens élisent haut la main... Barack Obama


Le bureau de Bruxelles

Et les Européens élisent haut la main... Barack Obama

Obama ou Romney… Si c‘était aux Européens de déposer leur bulletin de vote dans l’urne … Barack Obama serait réelu haut la main.

Voilà le résultat d’un sondage mené en juillet dernier par un think tank américain.

En tête des pro-Obama, la France, avec 89% des voix suivi de près par l’Allemagne puis l’Espagne, le Royaume-Uni et l’Italie.

L’Europe est pro-Obama et surtout anti-Mitt Romney… Il plafone à 2% en France. Seule la Pologne semble lui accorder un peu de crédit… 16% de la population voterait pour lui.

Ian Lesser, politologue du German Marshall Fund of United States : “Les élections américaines se cristallisent très souvent autour des personnalités et des caractères des candidats, nous explique ce politologue du think tank américain. Pour beaucoup d’Européens, ce n’est pas juste l’héritage d’Obama, et de son regain de popularité, il s’agit aussi de l’héritage des républicains, en tant que parti de George Bush.”

Plus d’un Européen sur trois ne connait pas Mitt Romney, ils étaient moins d’un sur 7 à ne pas connaitre Obama en 2008…
Le candidat républicain s’est pourtant donné du mal, en juillet dernier il était en Pologne, où il est assez populaire.

“Ce n’est pas que l’héritage de Bush qui encourage une forte intégration de l’Europe de l’est et de l’Europe centrale vers l’ouest, c‘était aussi vrai de l’administration Clinton. Mais clairement, le gouvernement de Bush allait dans ce sens… Je pense qu’il y a aussi une entente entre les Etats-Unis et la Pologne concernant les stratégies à mener en Irak et en Afghanistan..”

Selon le politologue américain, ce qui surprend le plus les Européens c’est combien cette course à la Maison Blanche est en train de se reserrer.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Les chefs de la diplomatie américaine et européenne mettent la pression sur le Kosovo et la Serbie