DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Anonymous à l’assaut du parlement à Londres


Royaume-Uni

Anonymous à l’assaut du parlement à Londres

Hier, 5 novembre, les Anonymous anglais ont redonné vie au héros de leur masque, Guy Fawks, en suivant ses pas au parlement anglais à Londres .
Une vidéo postée sur le site de Anonymous UK annonçait “le plus grand rassemblement de défenseurs de la paix que Londres n’ait jamais vu” prévoyant de “faire trembler le sol de nos pieds”. Ce sont finalement quelques centaines de militants qui se sont retrouvés devant le parlement, forçant les députés à quitter le bâtiment par des sorties secondaires.

La date du 5 novembre n’a pas été choisie au hasard. Alors que le mouvement annonce « vos gouvernements vous ont fait défaut », les manifestants se sont rendus au parlement, comme Guy Fawks 407 ans avant eux, jour pour jour, pour défaire l’assemblée que leur « emblème » avait voulu détruire.

La plupart des manifestants portaient le masque de la bande dessinée Vendetta d’Alan Moore, dans laquelle le héros, V, se présente comme un Guy Fawks moderne et anarchiste.
Le vrai Guy Fawks n’était pas un anarchiste mais un royaliste catholique qui fut arrêté le 5 novembre 1605 dans une cave sous le parlement alors qu’il s’apprêtait avec 12 autres complices à faire sauter le bâtiment. Depuis, tous les 5 novembre, les anglais lancent des feux d’artifices et brûlent des mannequins à l’effigie du comploteur et d’une personnalité différente chaque année, Lance Armstrong en 2012.

En plus de cette manifestation, les Anonymous ont revendiqué le piratage de quelques sites internet dont celui de Paypal. Le service de paiement en ligne a démenti, après vérification, toute intrusion dans son système. Il semblerait, en fait, que des mots de passe Paypal aient été volés sur le site de l’hébergeur gratuit Zpanel.

Pour suivre la discussion, voir des photos, sur twitter : #opvendetta et #5nov
Des photos de la manifestation : sur Demotix ou sur ZDnet

Prochain article

monde

Istanbul : 4 anciens militaires israéliens jugés par contumace