DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Campagne présidentielle : le best of

Vous lisez:

Campagne présidentielle : le best of

Taille du texte Aa Aa

Une longue et rude campagne. 17 mois pour convaincre, 6 milliards de dollars dépensés, 14 meetings dans 12 Etats les derniers jours… La course à la Maison Blanche entre Barack Obama et Mitt Romney s’est révélée beaucoup plus serrée que prévu. Le président sortant, parti favori dans les sondages face a un challenger peu connu, a du se réveiller après l’avertissement du premier debat, debut octobre.

> Regards européens sur l‘élection présidentielle américaine : demandez le programme

Beaucoup de voix se sont jouées le soir de ce débat portant sur l‘économie.

Mitt Romney : «J’ai eu cinq fils. J’ai l’habitude des gens qui disent parfois des choses fausses, mais qui continuent à les répéter, en espérant finalement que je vais les croire, mais ce n’est pas le cas! Je ne vais pas réduire les impôts des Américains à hauts revenus.

Obama s’est racheté avec son image de “commander in chief”, incontournable pour rassurer les électeurs américains lors du débat sur la politique extérieure. Il a profité d’une faille de Romney pour enfoncer le clou :

“Vous avez parlé de la marine, par exemple, et que nous avons moins de navires qu’en 1916. Eh bien Gouverneur, nous avons également moins de chevaux et de baïonnettes, parce que la nature de nos militaires a changé. Nous avons appelé ces choses des porte-avions, où se posent les avions.”

Mais la campagne a eu aussi son moment de détente via l’humour et l’autodérision des candidats. C‘était lors de ce gala de charité organisé par l’archidiocese de New York.

Mitt Romney : “Les campagnes peuvent être exténuantes, épuisantes. Le président Obama et moi-même sommes chacun très chanceux d’avoir quelqu’un toujours à nos cotés, sur qui s’appuyer, une présence réconfortante, sans qui on ne pourrait pas continuer un jour de plus. J’ai ma belle épouse, Ann, lui, a Bill Clinton.”