DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pour Hu Jintao, la corruption serait «fatale» au régime chinois

Vous lisez:

Pour Hu Jintao, la corruption serait «fatale» au régime chinois

Taille du texte Aa Aa

Le 18ème congrès du Parti communiste chinois s’est ouvert aujourd’hui à Pékin devant plus de 2 000 délégués. Le président sortant Hu Jintao a prévenu que la corruption endémique du pays pourrait s’avérer “fatale” au régime. Allusion à peine voilée aux scandales politico-financiers qui impliquent en ce moment les familles des plus hauts dirigeants du Parti.

“La corruption et l’intégrité en politique sont des sujets majeurs qui inquiètent le peuple”, a déclaré le président Hu à la tribune. “Si nous échouons à régler le problème de la corruption, cela pourrait être fatal pour le Parti. Cela pourrait provoquer sa chute voire la chute de l’Etat. Nous devons donc faire des efforts incessants pour combattre la corruption, promouvoir l’intégrité et rester vigilant face à la dégénérescence”.

A l’extérieur du Palais du Peuple, la place Tienanmen a été bouclée par les forces de l’ordre. Une trentaine de jeunes Chinois ont été interpellés par la police et embarqués vers une destination inconnue.
A Hong-Kong, seul territoire de liberté en Chine, des dizaines de manifestants ont protesté pour demander un changement de régime à Pékin.

“Il n’y a aucune réforme du tout !”, s’est exclamé Lee Cheuk-Yan, militant pro-démocracie. “Tout ce qu’on voit c’est une régression sur les droits de l’homme et sur la démocratie. On a l’impression que ce parti communiste resserre son emprise sur les droits de l’homme et sur la liberté de parole. Nous en appelons à la fin de cette dictature du parti unique !”

Dans son discours, le président Hu n’a proposé aucun projet de réforme significative en faveur de la démocratie. Ce Congrès devrait voir l’avènement de Xi Jinping, qui devrait devenir le nouveau président. Et personne ne sait si le nouvel homme fort du Parti osera, lui, ouvrir le régime.