DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tentative européenne de soutien à l'automobile

Vous lisez:

Tentative européenne de soutien à l'automobile

Taille du texte Aa Aa

PSA Peugeot, Ford, Opel… En Europe, les fermetures d’usines se succèdent et le secteur automobile est à la peine. Dans un plan d’action présenté ce jeudi, la Commission européenne s’engage à le soutenir, et à accompagner sa douloureuse restructuration :

“ J’ai décidé de rencontrer l’industrie, je rencontrerai les syndicats avant la fin novembre, et j’ai invité les ministres de l’industrie pour avoir une politique industrielle qui travaille aussi en faveur de l’auto “ , a annoncé le commissaire européen à l’Industrie Antonio Tajani.

En un an, les immatriculations de voitures neuves en Europe ont chuté de près de 11%. Une baisse qui dure depuis cinq ans.
A Genk, en Belgique, où les 4.300 salariés de l’usine Ford enchaînent les périodes de chômage technique en attendant la fermeture définitive, on accueille avec réserve les annonces de la Commission :

“ Toute aide est plus que bienvenue. Mais j’espère que ce sera plus que des paroles, qu’il y aura de vraies décisions qui aideront l’industrie automobile en Europe. Sinon, c’est brasser de l’air et donner de faux espoirs aux gens “ , résume Rohnny Champagne du syndicat socialiste flamand ABVV.

Avec une demande intérieure en berne et une surcapacité de 25 à 30%, l’automobile européenne cherche son salut dans l’innovation et les marchés émergents. Bruxelles s’engage à l’aider en soutenant l’investissement dans les technologies de pointe et en favorisant les exportations.

“ Une partie de l’avenir se jouera dans les pays émergents. Mais il y a aussi un avenir en Europe. Je pense que si nous investissons suffisamment dans l’innovation, si nous coupons dans les surcapacités, si nous restructurons l’industrie, il y aura un moyen de rendre cette industrie compétitive. “ , martèle Ivan Hodac, le secrétaire général de l’Association européenne des constructeurs automobiles.

En attendant, la concurrence intra-européenne joue à plein. Ford Genk en sait quelque chose. Une partie de sa production sera délocalisée en Espagne.