DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Des non-voyants aux enfants des décharges : l'éducation pour tous


learning world

Des non-voyants aux enfants des décharges : l'éducation pour tous

En partenariat avec

Cette année le Sommet mondial de l’innovation pour l‘éducation organisé par le Qatar, se tient du 13 au 15 novembre. Six prix sont décernés aux projets qui ont apporté le plus de progrès dans la vie des jeunes les moins privilégiés, économiquement ou pour des questions de santé. Learning World donne un coup de projecteur sur deux de ces projets humanitaires.

Cambodge : sortir de la décharge

Un des projets lauréats est le fruit d’une initiative très personnelle… Un ancien dirigeant du cinéma a trouvé l’inspiration au contact des enfants les plus déshérités du Cambodge. Mais il ne s’agit pas d’inspiration pour un film… Scott Neeson a crée une école pour aider les enfants à sortir des décharges à ciel ouvert qui étaient leur seul horizon.

Nay avait à peine dix ans quand elle est arrivée à Phnom Penh. Elle a vécu à la décharge de Stung Meanchey pendant six mois, jusqu’à ce que le Fonds pour les enfants l’accueille et lui donne la chance dont elle rêvait, celle de pouvoir aller à l‘école. Comme elle, ils étaient 87 au début à être logés, nourris et à recevoir une éducation gratuitement, aujourd’hui ils sont 1 200.

Danemark : le braille au doigt et à l’œil

Autre projet coup de cœur du Sommet de Doha, le RoboBraille. Ce programme a taché de répondre à la question suivante : “Comment faire pour que l’Internet soit accessible aux mal-voyants ? Comment rendre intelligible ce qui s’affiche sur un écran ? Développé par le Centre danois pour les déficiences visuelles, le service traduit des documents écrit en braille ou en fichiers audio, avec une utilisation très simple et gratuite pour les usages non-commerciaux.

Partiellement utilisés dans les écoles et universités, ce système facilite la vie des non-voyants comme Hazel qui étudie la littérature à la fac. Ses concepteurs aimeraient qu’il se démocratise encore plus. Actuellement environ 3 000 documents sont traduits chaque jour, mais l’objectif est d’atteindre les 14 000. Selon la taille du document, la conversion sera plus ou moins rapide. Il faut compter trois quart d’heure pour le dernier Harry Potter et un peu moins de deux heures pour le Nom de la rose. Le service est actuellement accessible dans une dizaine de langues européennes.

Le choix de la rédaction

Prochain article

learning world

Des enfants pour la paix