DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Syrie : l'opposition cherche toujours à s'unir

Vous lisez:

Syrie : l'opposition cherche toujours à s'unir

Taille du texte Aa Aa

Georges Sabra est le nouveau président du Conseil national syrien. Cet instituteur de 65 ans a été élu vendredi à Doha au Qatar où sont rassemblés les principaux groupes de l’opposition, qui peinent toujours à s’entendre sur la formation d’une instance politique unique.

Craignant d‘être marginalisé au sein du futur ensemble, le CNS bloque pour l’instant l’adoption de ce plan d’unification. “Les pourparlers se poursuivent. Nous avons aussi nos exigences, et espérons arriver à un terrain d’entente”, a expliqué Georges Sabra en marge des discussions.

La nouvelle instance politique représentera les différentes branches de l’opposition. Elle devra constituer un gouvernement de transition et un conseil militaire. Mais selon notre correspondante à Doha, il y a peu de chances qu’un accord soit trouvé dans les prochaines heures : “Les discussions semblent se prolonger. Mais sous la pression internationale, la situation peut aussi rapidement évoluer”, souligne-t-elle.

Dans un camp de réfugiés syriens en Turquie, l’arrivée de Georges Sabra à la tête du principal groupe de l’opposition est un motif d’espoir pour certains. “ On espère qu’il sera meilleur que ses prédécesseurs. La priorité, c’est de stopper les meurtres en Syrie. L’opposition doit s’unir, elle doit devenir une entité unique”, explique cet homme. Pour ce Syrien, «Georges Sabra doit parvenir à fédérer l’opposition et stopper les massacres le plus vite possible.”

Aussitôt après son élection à la tête du CNS, George Sabra a demandé des armes pour aider le peuple syrien à chasser au plus vite le régime de Bachar al-Assad.