Skip to main content

|

Après plusieurs jours de tractations à Doha au Qatar, les différentes composantes ont signé un texte sur la “constitution d’une coalition nationale” unifiée visant à accélérer la chute du régime de Bachar al-Assad.

L’accord a été paraphé par cheikh Ahmad Moaz Al-Khatib, qui venait d‘être élu président de cette “Coalition nationale syrienne des forces de l’opposition et de la révolution”, et Georges Sabra, chef du Conseil National Syrien (CNS), qui en devient la principale composante.

“Est-ce un bon accord ? Oui, car la plupart des représentants présents ici sont des acteurs de la révolution. Ils se sont sacrifiés, ils sont à l’intérieur du pays et ils sont avec le peuple”, estime George Sabra, le President du CNS.

L’accord répond aux voeux des pays arabes et occidentaux de voir l’opposition unie au sein d’une instance exécutive susceptible de traiter avec la communauté internationale et de canaliser les aides financières et humanitaires.

“D’ici à Marrakech au Maroc, où une conférence des Amis de la Syrie devrait avoir lieu prochainement, l’opposition sera désormais unie et légitime. Une étape décisive sans aucun doute pour que l’opposition atteigne ses objectifs”, selon notre envoyée spéciale à Doha, Maha Barada.

Copyright © 2014 euronews

Plus d'actualités sur :
|

Identifiez-vous
Merci d’entrer vos identifiants de connexion

ou Rejoignez la communauté euronews

Avez-vous oublié votre mot de passe ?