DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Situation févreuse en République démocratique du Congo


République démocratique du Congo

Situation févreuse en République démocratique du Congo

En République démocratique du Congo, en
RDC, la rebellion du M23 a exigé hier un dialogue avec le chef de l’Etat, Joseph Kabila. Elle a refusé de quitter Goma, la capitale du Nord-Kivu, dont elle s’est rendue maître mardi. Les rebelles ont ensuite pris le contrôle de Sake, une localité proche de Goma, et ont menacé d’aller jusqu‘à Kinshasa.

Pour le principal parti d’opposition, l’Union pour la démocratie et le progrès social, Joseph Kabila est responsable de la situation dans le Nord-Kivu et de la souffrance des Congolais dans cette région du pays. L’Ong Oxfam estime que 120 000 personnes ont besoin d’une aide d’urgence.

Face à ce revers, les critiques fusent. “J’ai vu une certaine passivité par rapport à notre gouvernement, souligne à Kinshasa Ngana, parce que notre gouvernement devait réformer l’armée depuis très longtemps lorsqu’il y avait des menaces. Il fallait restructurer l’armée pour une éventuelle attaque”.
“Même ici à Kinshasa, il y a des gens qui soutiennent les M23, ajoute Samuel, parce que nous ne sommes pas unis, nous les Congolais”.

Alors que l’armée congolaise subit ce sérieux revers face au M23, le chef de l’armée de terre a été suspendu. Il est accusé dans un rapport de l’Onu d‘être impliqué dans un trafic d’armes avec des groupes armés. Le M23, ne figure pas parmi les groupes cités par le rapport, rédigé par
des experts indépendants.

Avec AFP et Reuters

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Triste Thanksgiving aux Etats-Unis après le passage de la tempête Sandy