DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Espagne : déconvenue des nationalistes catalans lors des législatives anticipées


Espagne

Espagne : déconvenue des nationalistes catalans lors des législatives anticipées

Acclamations massives, qui contrastent toutefois avec des résultats bien en deçà des attentes.
Artur Mas, le président de Catalogne, accuse le coup. Son parti, le CIU, la Coalition nationale de droite a perdu plus de dix sièges lors des élections anticipées qu’il avait provoquées, et dont l’enjeu, était l’autonomie budgétaire et notamment fiscale de la Catalogne vis à vis de Madrid.

Sourire forcé, Artur mas se montre toutefois rassurant face à ses partisans :

“Même si nous n’avons pas la majorité absolue à laquelle nous nous attendions, et sur laquelle je comptais, dit-il, malgré cela et dans les pires conditions nous nous devons de célébrer cette élection. Une élection avec un programme clair. Nous avons gagné et nous avons le double de sièges que la seconde force politique.”

Selon les résultats partiels, le parti d’Artus Mas reste majoritaire au Parlement régional de Catalogne avec 50 sièges sur 135. Toutefois, il en perd 12, tandis que son rival ERC, le Parti de la gauche indépendantiste, récolte plus de 20 députés devenant ainsi la deuxième force régionale.

Les nationalistes catalans reculent donc face à la gauche, et encaissent une déconvenue face à l’Etat central.

“Les indépendantistes ont échoué, tranche Alicia Sanchez Camacho, chef du Parti populaire, le parti au pouvoir. On a moins de députés indépendantistes dans l’Assemblée régionale qu’il y a deux ans.”

Artus Mas, toutefois veut donc continuer d’y croire. Dans un contexte de fronde indépendantiste, il reste arcbouté à son projet de souveraineté de la Catalogne, et envisage toujours la tenue d’un référendum, avec ou sans majorité.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Bersani en tête des primaires à gauche en Italie