DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le site allemand Centercourt récompensé pour son essor

Vous lisez:

Le site allemand Centercourt récompensé pour son essor

Taille du texte Aa Aa

A Rostock, dans l’ancienne Allemagne de l’Est, un petit miracle s’est produit dans le monde de l’entreprise. En 13 ans, le site centercourt.de, spécialisé dans les articles de tennis, est devenu leader sur ce marché, dans les pays germanophones.

Pourtant, rien ne présageait une telle réussite. “A l‘époque,” raconte l’un des co-fondateurs de la société, Michael Martens, “je n’avais pas vraiment de perspective d’avenir et on était nombreux dans ce cas ; en parallèle, je jouais un peu au tennis, mais dans un premier temps, je ne voyais pas ce que je pouvais faire de ma vie,” confie-t-il avant de poursuivre : “certains se sont dits qu’on était fou, ma famille disait que ça n’allait probablement pas marcher,mais qu’elle nous soutenait quand même. Mais nous,” lance le dirigeant, “on était plutôt certain qu’on allait y arriver.”

A chaque commande de raquette, la même procédure : le produit choisi par l’acheteur parmi plus de 100.000 références disponibles est adapté à ses exigences, du cordage réalisé en différents matériaux aux gravures exécutées par une machine laser.

Mais Centercourt n’est pas qu’un magasin en ligne, c’est aussi une communauté. L’entreprise invite les utilisateurs à laisser des critiques et des suggestions sur son site. Ici, on a bien conscience que ce sont les clients qui font le succès ou l‘échec d’un nouvel article.

“On ne fait pas que vendre des raquettes, on propose aussi de tester nos produits,” explique Michael Martens, “avant l’achat, nos utilisateurs peuvent tester n’importe quelle raquette contre des frais de location modiques : c’est 6,95 euros pour la tester pendant quatre jours,” précise-t-il, “ensuite, le client nous la renvoit et donc, soit ça ne lui a pas coûté bien cher, soit il achète la raquette en question et nous lui remboursons les frais de location.”

Dès qu’ils le peuvent, les deux fondateurs de l’entreprise se rendent sur les courts, puis font partager à leurs clients, leurs impressions sur le matériel qu’ils ont utilisé.

Pour rendre leur site le plus objectif possible, ils empêchent les fabricants de faire de la publicité via les commentaires, au risque de perdre des fournisseurs.

“On fait beaucoup de marketing par différents biais, on vend sur différents sites, dans des pays différents,” souligne Dirk Buchholz, l’un des cofondateurs de centercourt, “on fait beaucoup de marketing sur Facebook : on a actuellement 85.000 fans, ce qui représente la plus grosse communauté en Europe dans le domaine du tennis,” assure-t-il avant d’ajouter : “on a un Brand Channel sur Youtube, notre propre blog, on fait des vidéos sur nos articles et on mène nos propres tests.”

Mais Centercourt ne se tourne pas uniquement vers ses fans du net, la société se veut aussi ancrée dans son territoire. Pour ses créateurs, il est hors de question de quitter la région de Rostock. Il en va de leur responsabilité d’entrepreneurs.

“On est de l’ancienne Allemagne de l’Est, et aujourd’hui, on est ravi d’avoir réussi dans l’Allemagne réunifiée,” affirme Dirk Buchholz, “nous nous sentons responsables vis-à-vis de nos collaborateurs, nous sommes également fiers d‘être à Rostock et d’avoir créé autant d’emplois intéressants,” insiste-t-il avant de conclure : “on est une super équipe, jeune et très dynamique, et notre responsabilité est en jeu.”