DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Morsi se transforme-t-il en "pharaon" en Egypte ?

Vous lisez:

Morsi se transforme-t-il en "pharaon" en Egypte ?

Taille du texte Aa Aa

Un an après leur victoire aux législatives et moins de six mois après l‘élection de l’un de leurs chefs à la tête du pays, les Frères musulmans cristallisent la colère, en Egypte. La “déclaration constitutionnelle” effectuée par Mohamed Morsi la semaine dernière a littéralement mis le feu aux poudres. Les quartiers généraux de la confrérie islamiste ont été incendiés dans trois villes du pays et les manifestations se multiplient. L’opposition et les juges demandent au président égyptien d’abroger ce décrêt qui lui donne les pleins pouvoirs.

“Ils essaient d’avoir le contrôle et de façonner la culture à leur image. En tant que Freres Musulmans, ils veulent “islamiser” le pays. Ils ne s’en cachent pas. Ils ne le font ni subtilement ni secrètement. C’est bien leur objectif déclaré”, d’après le professeur Saad El Din Ibrahim, politologue et militant des droits de l’Homme.

Alors, les Frères musulmans ont-ils – déjà – tourné le dos à une révolution qui les a portés au pouvoir ?
Eux qui avaient mis plusieurs jours avant de rejoindre le mouvement de la place Tahrir ont fini par en sortir grands vainqueurs.

Aux législatives de novembre-décembre 2011, ils remportent 235 des 498 sièges au parlement. S’en suivront des mois de chaos législatif encadrés par le Conseil suprême des forces armées.

Mohamed Morsi émerge sur la scène politique égyptienne au printemps 2012. En juin, il doit faire face au candidat de l’armée Ahmad Chafiq dans la lutte pour la présidence. Un combat qu’il remporte : il est élu à la tête de l’Egypte.

Mais le bras de fer avec la Haute Cour Constitutionnelle commence. En août, il limoge le maréchal Tantaoui et s’attribue le pouvoir législatif avant de se placer -avec le décret du 22 novembre dernier – hors de portée de l’autorité judiciaire. Celui qui se disait proche du peuple est-il en train de se transformer en “pharaon”, comme le déclarent ses détracteurs ?

“Ce décret est temporaire, et lorsque nous voterons pour une nouvelle constitution, tous les décrêts seront annulés et nous ouvrirons une nouvelle page dans l’histoire de l’Egypte avec un état moderne et constitutionnellement démocratique, un état civil”, certifie Essam al Arian, vice-président du parti Liberté et Justice, des Frères musulmans.

Ce nouveau pas dans la concentration des pouvoirs n’a pas provoqué l’ire des puissances occidentales, encore sous le charme de l’artisan du cessez le feu entre le Hamas et Israël.

Cependant, le FMI a mis l’Egypte en garde, un“changement majeur” dans la politique du pays pourrait hypothéquer ses chances d’obtenir une aide de 4,8 milliards de dollars.