DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Egypte plongée dans une grave crise politique

Vous lisez:

L'Egypte plongée dans une grave crise politique

Taille du texte Aa Aa

Jamais l’Egypte n’avait connu pareille crise politique depuis au moins 1931, date à laquelle la Cour constitutionnelle avait été instituée.

Dimanche, les juges de ce tribunal spécial qui devaient se prononcer sur la légalité de la commission constituante et de la chambre haute du Parlement, toutes deux largement dominées par les islamistes, ne sont pas parvenus à pénétrer dans le bâtiment, des centaines de partisans islamistes en ayant bloqué l’accès.

Un sit-in impromptu qui a provoqué la colère des magistrats qui en signe de représailles ont décidé de boycotter le référendum du 15 décembre prochain, et de se mettre en grève pour une durée encore indéterminée.

Depuis le décret accordant de très larges prérogatives judiciaires à Mohamed Morsi, aucun recours en justice n’est possible contre le président issu des islamistes ou la commission constituante.

Une impasse politique inédite qui fait craindre de nouveaux débordements d’ici au 15 décembre, où doit normalement se tenir le référendum sur la validité de la constitution.

Consciente que celui-ci sera certainement adopté comme l’indiquent de récents sondages, l’opposition laïque redoute un passage en force et demande l’annulation pure et simple du projet de Constitution.

Mohammed Shaikhibrahim, envoyé spécial d’euronews au Caire : “Pour la première fois depuis sa création au début des années 1970, la Cour constitutionnelle a été incapable de se réunir pour décider de questions clés, comme d’examiner la légalité du Conseil de la choura, la chambre haute du Parlement, et de l’Assemblée constituante. Ce qui démontre la nature de la confrontation politique des derniers jours en Egypte.”