DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les dépenses de Noël à l'épreuve de la crise


France

Les dépenses de Noël à l'épreuve de la crise

S’il y a bien des Européens qui refusent de se laisser gâcher les fêtes de fin d’année par la crise, ce sont bien les Français. Comme chaque année le marché de Noël de Strasbourg attire ces jours-ci des milliers de visiteurs. Et le budget cadeau moyen se maintient même si le pouvoir d’achat est en berne.

Cette année, les Européens dépenseront en moyenne 591€ pour Noël. Crise oblige, les Grecs, les Portugais et les Espagnols doivent se serrer la ceinture, tandis que les Français se maintiennent. A l’opposé, les Allemands vont se faire plaisir. Leur budget moyen a augmenté de 7%.

En temps normal, les Portugais figurent parmi les plus gros dépensiers des fêtes de fin d’année au regard du PIB par habitant. Mais crise ou pas crise, pas question de renoncer aux illuminations de Lisbonne.

“Je pense que les Portugais ont besoin de joie”, dit une passante. “Les commerçants ont besoin de ces lumières pour attirer les promeneurs et les consommateurs”.

En Espagne, l’illustration de la crise, c’est la baisse des ventes de turron. La friandise emblématique de Noël voit ses ventes chuter de 10% cette année. Alors les artisans essayent de s’adapter.

“Il y a quelques années, on vendait des tablettes de 300g. Maintenant elles sont de plus en plus petites. Cette année on a fait des tablettes de 100g”, regrette Maria Garrigos, une fabricante de turron.

Finis les achats impulsifs, les Européens essayent d’acheter malin. Cette année, 90% des consommateurs privilégient les achats en promotion. Ils n‘étaient que 72% l’an dernier.

Habituellement peu dépensiers par rapport à leurs voisins européens, les Allemands ont décidé d‘être plus généreux cette année pour Noël. Il devrait donc y avoir plus de cadeaux que d’habitude sous les sapins allemands.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Chardonnay, futur bébé royal ?