DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Marrakech, ou le cinéma multiculturel

Vous lisez:

Marrakech, ou le cinéma multiculturel

Taille du texte Aa Aa

Le 12ème Festival du film de Marrakech rend cette année hommage au cinéma indien ou égyptien, très populaires au Maroc. John Boorman, réalisateur britannique et président du Jury, se félicite d’avoir accès à des cinémas aussi variés que méconnus:

“Moi qui ai toujours parcouru les Festivals de cinéma à la recherche de l’originalité, de l’expérimentation, je suis ravi. Ici, à Marrakech, on ne voit pas le cinéma standard qui est diffusé tous les jours dans la plupart des salles. Ici, on découvre de nouvelles méthodes de travail, on appréhende de nouveaux regards sur les choses. J’apprécie vraiment de pouvoir avoir accès à un cinéma venu du monde entier, un cinéma qui me permet de découvrir les moeurs de pays aussi différents que l’Inde, Taiwan ou la République Tchèque”.

Le Festival de Marrakech est également une formidable passerelle entre le cinéma professionnel et le grand public. Les Master Class organisés en parrallèle permettent ainsi à des étudiants du monde entier de venir au Maroc partager l’expérience des plus grands metteurs en scène.

Les étudiants présents cette année ont ainsi pu échanger pendant de longues heures avec un réalisateur aussi célèbre que Darren Aronofsky, de Requiem for a Dream ou Black Swan.

“Pour moi, le Master Class représente énormément parce que j’apprends beaucoup de choses sur les métiers de scénariste, de réalisateur, c’est important pour moi qui adore le cinéma”, explique Pascale, jeune collégienne francaise.

“Il s’agit d’une classe d’un collège de la région lyonnaise, rappelle leur professeur, ils font une spécialité cinéma, ils ont travaillé un an pour financer leur voyage à Marrakech et donc là ils vivent leur rêve puisque ils assistent aux Master Class, c’est énorme pour eux. Ecouter Mendoza parler du cinéma, c’est autre chose que de m’écouter moi”.

Le festival de Marrakech met aussi en lumière les acteurs du cinéma local à l’image du producteur Karim Abouobayd, patron de Dune Films, leader du marché anglophone au Maroc, dans le cinéma et la télévision.

“C’est un plaisir d’être là, c’estune grande satisfaction, une reconnaissance pour notre travail, nous, les producteurs marocains. La production nationale est sur une très bonne voie. Nous sommes arrivé à produire entre 20 et 30 films marocains cette année”.

La 12ème édition du Festival du Film de Marrakech s’achèvera ce samedi 8 décembre sur la célèbre place Jamâa El Fna.