DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Salakhova lève le voile


le mag

Salakhova lève le voile

En partenariat avec

Le Musée d’Art Moderne de Moscou invite actuellement à une exposition de l’artiste locale Aidan Salakhova.
Originaire d’Azerbaidjan, Aidan Salakhova pose, à travers ses peintures ou ses sculptures, la question de l’image complexe de la femme orientale dans le monde moderne. Une tentative de décryptage des stéréotypes tels que le port du voile qui l’ont déjà exposée à la censure comme à Venise l’an passé.

“Cette exposition parle d’une femme et de son monde intérieur. Au premier regard, on a l’impression qu’il s’agit simplement d’une femme orientale, mais il s’agit d’une femme, point.
Si j’utilise le voile, c’est avant tout pour la beauté de la chose et dans un second temps, pour ce que cela représente en terme d’auto-censure et qui empêche de comprendre quels sont les sentiments réels de la personne”

L’exposition Salakhova est divisée en trois parties: le corps, les mains et les accessoires. Une facon d’expliquer comment le corps de la femme peut etre exploité comme objet de désir de voyeurisme ou de narcissime.
Le mystère et la proximité sont les pincipaux themes mis en avant par l’artiste

“Pour une femme européennem une femme voilée n’est pas une femme libre Dans la réalité si vous portez un voile, vous ressentirez bien d’autres émotions. En étant isolé du monde extérieur, vous ressentirez votre libeerté intérieure. Et malgré l’ouverture européemnne, les femmes s’impose un masque naturel malgré tout pout ne pas laisser filterr leurs emotions: Alors pourquoi utilises je le voiel dans mes oeuvres ? c’est simplement pour matérialiser cette libverté, pour que les femmes ressentent cette liberté intérieure dont je vous parle”

Fascinans et tremendum, une exposition présente au Musée d’Art moderne de Moscou juqu’au 20 janvier 2013.

Le choix de la rédaction

Prochain article

le mag

Elisabeth Price décroche le Prix Turner