DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Accord sur le climat conclu à l'arrachée au Qatar

Vous lisez:

Accord sur le climat conclu à l'arrachée au Qatar

Taille du texte Aa Aa

Dans un coup d‘éclat, le Qatar est parvenu à faire adopter un accord qui prolonge celui de Kyoto. Les négociations avaient plus d’un jour de retard sur le calendrier prévu. C’est alors que le président de la conférence est monté à la tribune. A la surprise générale, il a adopté en rafales la série de textes en discussion depuis quinze jours, ignorant totalement la contestation d’un négociateur russe opposé à un point de l’accord.

Fait rare, la conclusion de l’accord a même été accueillie des applaudissement.

La portée du texte reste cependant limitée, voire symbolique puisque les pays engagés ne représentent que 15% des émissions de gaz à effets de serre.

“Je crois que ce compromis était bon, il offre une base solide pour notre travail dans les deux prochaines années et ce que j’ai particulièrement remarqué c’est un sens de la solidarité qui va au-delà de ce qu’on a pu voir lors des conférences précédentes.” a déclaré Peter Altmaier, le ministre allemand des Affaires étrangères.

“Nos gouvernements doivent réaliser que cet échec est une trahison de la population des Philippines et du monde entier qui fait face aux conséquences du changement climatique aujourd’hui et continuera à en soufrir demain, mais ce qui est en jeu ici, ce n’est pas quelque chose d’abstrait comme la planète, le climat, l’environnement mais c’est qu’on vend le futur de nos enfants et de nos petits-enfants.” considère au contraire Kumi Naidoo, un militant de Greenpeace.

L’accord de Doha engage l’Union Européenne, l’Australie et une dizaine d’autres pays industrialisés à réduire leurs émissions. Le Japon, la Russie et le Canada n’en sont pas. Les Etats-Unis, deuxième pollueur au monde, n’a jamais ratifié le protocole de Kyoto.