DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Nautic: année noire pour la filière nautique française

Vous lisez:

Nautic: année noire pour la filière nautique française

Taille du texte Aa Aa

A Paris, il n’y a pas la mer. Mais le salon nautique international attire malgré tout du monde. Jusqu’au 16 décembre, le salon présente 800 bateaux, des voiliers comme des yachts.

2012 est une année noire pour la filière nautique française. Le nombre d’unités produites est en recul de 20%. Les responsables du secteur parlent de “choc violent”, malgré l’optimisme des organisateurs du salon: “La France est le leader mondial dans la production des voiliers, des semi-rigides, donc des bateaux pneumatiques, et d’engins de glisse. Elle occupe la troisième place pour les bateaux à moteur. Et c’est vrai que c’est un secteur un peu modèle, parce que très fort emploi, très fort taux d’exportation et une aggressivité commerciale et technologique.” affirme Louis-Noël Vivies, responsable des relations presse du salon.

Depuis 2008, le marché européen avait relativement bien résisté. Mais le recul de l’activité sur le vieux continent pourrait atteindre 25 à 30%, à cause de la situation en Espagne et en Italie. Ce sont les voiliers qui ont le plus souffert de la crise, avec un recul de 24% de la production. Celle des bateaux à moteur s’est également affaissée mais dans une moindre mesure.

Les constructeurs espèrent que la baisse de la demande a atteint un plancher, même s’il reste difficile de faire des prévisions faute de visibilité macro-économique. Les exportations hors Europe ont malgré tout gagné du terrain grâce à des marchés comme la Chine ou le Brésil.

“Cette exposition, l’une des plus importante au monde, célèbre les activités nautiques comme un secteur important pour l‘économie. C’est aussi une opportunité pour des milliers de visiteurs de commencer à rêver à leurs vacances d‘été.” affirme notre correspondant à Paris Giovanni Magi.