DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Nobel-UE : Hollande et Merkel main dans la main

Vous lisez:

Nobel-UE : Hollande et Merkel main dans la main

Taille du texte Aa Aa

Prenant l’engagement solennel de maîtriser la pire crise économique qu’ait connue l’institution depuis sa création il y a plus de six décennies, les représentants des trois institutions européennes ont reçu ce lundi le prix Nobel de la paix 2012 à Oslo lors d’une cérémonie très solennelle.

Une unité de circonstance mais non sans une certaine crispation pour les ambasssadeurs d’une institution minée par la crise financière et les divergences entre ses dirigeants.

Citant en exemple les pères fondateurs de l’Europe,
Thorbjoern Jagland, président du comité norvégien, a justifié en ces termes l’attribution de ce prix.

“Jean Monnet a dit “rien n’est possible sans les hommes, rien n’est durable sans les institutions.”

L’UE a toujours été la force motrice centrale tout au long de ces processus de réconciliation.

Elle a en réalité contribué à la fois à la fraternité entre les nations, et à la promotion des fondamentaux de paix, dont Alfred Nobel se faisait l‘écho dans son testament.”

Une vingtaine de chefs d’Etat et de gouvernement européens étaient présents lors de la cérémonie…

“La présence aujourd’hui de la chancelière allemande Angela Merkel et du président français François Hollande contribue je crois à rendre cette journée très particulière et symbolique pour nous tous, a ajouté Thorbjoern Jagland.”

Appel à la réconciliation alors que les économies du continent affichent un état d’effritement sans précédent, l’UE est récompensée ici pour son rôle dans la transformation “d’un continent de guerre en continent de paix”.

Assis côte à côte, François Hollande et Angela Merkel ont symboliquement joint leurs mains pour saluer l’assemblée.

Une cérémonie boudée par plusieurs leaders européens comme le premier ministre britannique ou encore ses homologues tchèque et slovaque.

Présent quant à lui, le Premier ministre belge Elio Di Rupo, a estimé que ce prix récompense l’oeuvre des “Pères fondateurs” de l’Europe, et non celle des dirigeants actuels.