DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Elisez votre ou vos personne(s) de l'année


monde

Elisez votre ou vos personne(s) de l'année

2012 arrivant à son terme, la rédaction d’euronews vous propose une sélection des femmes et des hommes qui ont marqué cette année. Durant ces douze derniers mois, des individus ou des groupes ont émergé de la foule, venant des sphères politiques, scientifiques, sportives ou culturelles. euronews vous invite à commenter ces choix sur notre page facebook, où vous pourrez, de plus, nous demander de rajouter un nom sur notre liste.
En bas de cette page, nous vous invitons également à voter pour votre choix parmi nos huit « candidats ».

Malala Yousafzai

Le destin tragique de la jeune fille de 15 ans a ému la terre entière. La collégienne a été victime d’une tentative d’assassinat fomentée par les Talibans. Touchée à la tête par une balle, Malala a payé un lourd tribut pour son combat en faveur de l’éducation des jeunes filles.
En 2009, la jeune pakistanaise, de la vallée du Swat, un territoire contrôlé par les Talibans, partageait son quotidien dans un blog hébergé par la BBC. Une vie où les femmes sont exclues de l’école, où des activités et des loisirs comme la musique ou la télévision sont bannies.
En octobre dernier, le bus qui transportait Malala et ses camarades vers leur école a été arrêté par deux hommes. L’un d’entre eux est ensuite entré dans le véhicule en demandant qui est Malala. Une fois face à la jeune fille, il a froidement tiré trois balles dans sa direction. Une d’entre elles a atteint la boite crânienne de Malala, causant d’importants traumatismes. Les Talibans ont rapidement revendiqué cette attaque, en indiquant que celle-ci était une punition pour la « promotion de la laïcité ».
Les Talibans ont depuis réaffirmé leur volonté d’abattre la jeune fille, ainsi que son père. Elle est maintenant sous protection rapprochée dans un hôpital au Royaume-Uni, où l’équipe médicale a indiqué qu’elle devrait rester jusqu’à son rétablissement complet. Après avoir rendu visite à Malala, le Président pakistanais Asif Ali Zardari a déclaré que la jeune fille « incarnait les forces de la paix » dans son pays.
Une « journée mondiale pour Malala » a été promulguée par le Nations unies le 10 novembre dernier en hommage à sa lutte pour l’éducation des filles.

Aung San Suu Kyi


Aung San Suu Kyi est unes des activistes les plus marquantes de ces trois dernières décennies. La communauté internationale a loué son engagement en lui attribuant des récompenses prestigieuses, tel que le prix Nobel de la paix en 1991 ou le prix Sakharov pour la liberté de penser, décerné par le Parlement européen en 1990.
En Mai 2012, elle a prêté serment comme membre de la chambre basse du parlement de Birmanie, où elle est maintenant le chef de file de l’opposition, après 24 ans de longue lutte pour promouvoir la démocratie dans un des régimes les plus répressifs du monde.
Entre 1989 et 2010, elle a passé 15 ans enfermée chez elle en résidence surveillée. Mais cette année, son engagement a commencé à porter ses fruits. Barack Obama est devenu le premier président des États-Unis en exercice à se rendre en visite officielle en Birmanie. Les autorités birmanes ont également relâché des dizaines de prisonniers politiques, une mesure qui a entraîné la fin, ou l’atténuation, des sanctions économiques prônées par les américains et les européens. Peu à peu les signes d’un changement de cap deviennent plus marqués, mais la communauté internationale ne relâche pas la pression et exhorte le pays à poursuivre le rythme des réformes.

Felix Baumgartner


Le parachutiste autrichien Felix Baumgartner est entré dans les livres d’Histoire le 14 octobre dernier, lorsqu’il s’est jeté depuis son ballon gonflé à l’hélium arrivé dans la stratosphère, à plus de 38 kilomètres de la surface de la terre.
Revoir son saut.
Baumgartner, par son prouesse exceptionnelle, a battu plusieurs records :
° Il a atteint la vitesse de 1 342 Km/h, dépassant Mach 1,24
° Il est devenu le premier parachutiste à franchir le mur du son
° Il a parcouru la plus grande distance sans parachute, lors de sa chute libre qui a duré quatre minutes et vingt secondes.
Plus de huit millions de personnes ont, de plus, suivi les exploits de l’ « Autrichien volant » en direct sur Youtube. Un autre record !

NASA’s Curiosity Rover team


« Nous allons faire atterrir un véhicule d’une tonne, sur la surface d’une autre planète, à des centaines de millions de kilomètres de la Terre. C’est quelque chose de très compliqué à accomplir ». Ces mots prononcés par Matt Haverly sont sans doute un des plus beaux sous-entendus de l’année. Mais la tête de l’équipe du « Mars Science Laboratory» de la Nasa
n’a certainement jamais sous-entendu les défis et les risques pour réussir la mission.
Un objectif couronné de succès, puisque le rover Curiosity s’est posé sans entrave sur Mars , une prouesse « pilotée » depuis la Terre.
Après un voyage de plus de huit mois vers la Planète Rouge, le rover a été, dans un premier temps, parachuté dans une capsule vers la surface de Mars, distante de 11 Kilomètres. A moins de deux kilomètres du sol, Curiosity et sa capsule se sont débarrassés d’un parachute ouvert pour freiner la chute, pour ne pas entraver le bon déroulement de la manœuvre. Sur la capsule, des propulseurs ont ensuite été déployés vers le bas pour ralentir la vitesse de la descente. Enfin, à 20 mètres du sol, le rover a été « expulsé » de sa capsule, mais maintenu à celle-ci par un harnais, pour éviter qu’il ne soit atteint par un nuage de poussière causé par les propulseurs lors de l’atterrissage.
Le bon déroulement de la mission aurait pu être contrarié par de multiples complications. Il n’en a pas été ainsi ; l’atterrissage a été un succès retentissant. Sur Mars, Curiosity poursuit depuis ses analyses du sol martien pour tenter de découvrir des signes de vie organique sur la planète.

Pussy Riot

Lorsque les cinq membres cagoulés du groupe punk russe féministe « Pussy Riot » ont fait irruption en la Cathédrale du Christ sauveur de Moscou pour interpréter une une chanson dénonçant
le soutient de l’Eglise orthodoxe au président Vladimir Poutine, elles souhaitaient faire réagir l’opinion publique de leur pays. Mais jamais, elles n’auraient imaginé que cet acte aurait une répercussion mondiale.
Trois des membres ont été arrêtées et condamnées à deux ans de prison en août dernier pour hooliganisme (l’une d’entre elles, Yekaterina Samutsevich, a depuis été libérée en appel). La sévérité du jugement et le climat délétère régnant autour de la détention des trois jeunes femmes ont provoqué réactions et indignations dans le monde entier. Madonna ou Paul McCartney ont, par exemple, publiquement réclamé leur libération immédiate. Aung San Suu Kyi s’est également jointe au concert des voix demandant l’annulation des charges pesant sur les Pussy Riot. Amnesty International les a considérées comme des « prisonnières d’opinion ». Aux quatre coins du globe, de nombreuses manifestations et campagnes de soutien ont été organisées pour dénoncer la censure et défendre le droit à la liberté de parole prônée par le groupe.
Cette performance, ce geste militant, a divisé l’opinion russe. Alors que l’ancien dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev a dénoncé un procès sans fondement, nombreux ont été ceux – surtout parmi les fidèles orthodoxes – qui ont considéré que la prison était la juste sanction pour un tel comportement. A tort ou à raison la « prière punk » professée par le groupe aura comme vertu de remettre en avant les questions de la liberté d’expression et de la dissidence politique dans une Russie, à nouveau gouvernée par Vladimir Poutine.

Barack Obama

Dans un climat marqué par un chômage en hausse constante et une croissance économique atone, Barack Obama a été l’un des rares leaders mondiaux qui a survécu à la crise économique mondiale. Ainsi en novembre dernier, Obama a été réélu confortablement : 332 grands électeurs contre 206 pour son rival Mitt Romney. La réalité a été tout autre en Europe, où de nombreux dirigeants (Berlusconi, Brown, Sarkozy) ont été sanctionnés par le verdict des urnes. En 2008, lorsqu’il a été élu pour la première fois, Obama est entré à la Maison Blanche porté par une vague d’espoir et un désir de changement après l’ère controversée de George W. Bush. Quatre plus tard, pour remporter de nouveau la victoire, Obama a dû faire face à une situation économique moribonde (chômage toujours au plus haut, reprise hypothétique, etc.), à un adversaire aux ressources financières quasi-illimitées et aux reproches de ses partisans, lui reprochant de n’avoir tenu que peu d’engagements. Mais l’habilité du président et de son équipe a permis de mobiliser les « troupes » dans les Etats primordiaux pour l’obtention d’un nouveau bail de quatre ans.

Lionel Messi

Le footballeur argentin a inscrit plus de buts en club et en sélection qu’aucun autre joueur durant une année calendaire. Messi a fait tomber ainsi un vieux record détenu depuis 40 ans par l’Allemand Gerd Mueller. Ce nouvel exploit a renforcé la conviction des partisans de Messi que ce joueur est le plus grand de toute l’histoire du football, voire du sport. En 2012, Messi est également devenu le premier joueur à inscrire cinq buts lors d’une rencontre de la prestigieuse Champions League, le plus grand buteur de tous les temps pour son club du FC Barcelona et le footballeur qui a inscrit le plus de buts dans un championnat européen sur une saison. Cette année encore, il a marqué à deux reprises quatre buts pendant un match et a réalisé six hat-tricks (triplé). Enfin, en janvier 2012, l’argentin a reçu son troisième ballon d’or de la FIFA. Nombreux sont les fans et les spécialistes qui estiment que « Léo » sera récompensé une quatrième fois en janvier prochain. Cette année, le Barça n’a pas affiché un succès aussi flamboyant que son joueur vedette de 25 ans. Le club catalan n’a remporté que la Copa del Rey, la coupe d’Espagne. Pour espérer relever la tête et repartir à la conquête d’un titre national et européen, le club s’appuiera sans doute encore sur Messi, qui a marqué pratiquement la moitié des buts de son équipe en 2012 (48%).

PSY

Le phénomène de viralité sur Internet fait naître des superstars inattendues, parmi lesquelles l’auteur-compositeur sud-coréen PSY. Inconnu en dehors d’Asie avant cet été, le clip de sa chanson Gangnam Style a été visionné presqu’un milliard de fois (930 millions, le 11/12/12) sur Youtube depuis sa mise en ligne en Juillet. Ce qui en fait la vidéo la plus vue de la plateforme.
Psy, qui aura 35 ans le 31 décembre et dont le vrai nom est Park Jae-sang, a depuis été le vainqueur de divers prix culturels en Corée du Sud et dans le monde. La chanson Gangnam Style, nommée d’après une banlieue de Séoul, a été la cible de milliers de parodies et remix.
Une telle exposition médiatique a conduit Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations unies, à déclarer à propos du chanteur “j’espère que nous pourrons travailler ensemble.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Canular royal : la radio propose 400.000 euros à la famille