DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les Frères musulmans acceptent le dialogue

Vous lisez:

Les Frères musulmans acceptent le dialogue

Taille du texte Aa Aa

L’armée propose un dialogue entre le pouvoir et l’opposition pour sortir de la crise en Egypte. Alors que deux manifestations rivales et distinctes avaient lieu dans la soirée au Caire, l’opposition réfléchit à l’invitation de la puissante institution et donnera sa réponse dans la matinée. Les Frères musulmans seront présents pour participer au dialogue.

“L’opposition ne sera pas satisfaite tant qu’elle n’aura pas forcé le président à démissionner, dit un pro-Morsi, et cela n’arrivera jamais, il faudra nous passer sur le corps ! Morsi est légitime.”

A l’origine des tensions, la nouvelle constitution controversée. Les juges égyptiens, en grève, refusent de superviser, samedi, le référendum sur cette constitution. Résultat, le vote pourrait avoir lieu en deux épisodes, le 15 et le 22 décembre.

Les rues du Caire se sont scindées en deux. Près du palais présidentiel, les anti-Morsi. Face à eux, des soldats des chars et des murs de plus de quatre mètres protègent le bâtiment.

“Le pouvoir actuel n’est pas démocratique, dit une jeune femme, ils ont des milices et des groupes secrets qui ont tiré sur les gens, et contre l’opposition, et cela détruit la légitimité du président Morsi.”

L’opposition rejette le référendum de samedi sur le projet de Constitution, estimant que le texte ouvre la voie à l’islamisation de la législation et menace les libertés.

Ces manifestations sont une démonstration de force des deux camps dans cette controverse politique qui secoue l’Egypte, explique Mohammed Shaikhibrahim, notre correspondant sur place. Les partis essayent de prouver la légitimité de leur programme et leur vision de l’avenir de l’Egypte, mais le mot de la fin sortira des urnes.