DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Sommet UE : une feuille de route pour l'approfondissement de la zone euro


Le bureau de Bruxelles

Sommet UE : une feuille de route pour l'approfondissement de la zone euro

Le dernier sommet européen de l’année s’est achevé avec une discrète mais bien réelle teinte d’optimisme.
En haut de la liste des faits d’armes des dirigeants européens : l’accord sur une supervision bancaire encadrée par la Banque centrale européenne, et une nouvelle tranche d’aide accordée à la Grèce.
Mais les 27 ne sont pas aventurés plus loin sur la route de l’union bancaire… et ont laissé à l’année prochaine la question d’un fonds de résolution commun…
Ce sera alors à l’Irlande de présider ces débats, ainsi que tant d’autres, comme le rappelle le Premier ministre Enda Kenny :

“Nous ne devons pas oublier que nous avons aussi les discussions sur le budget 2014-2020 qui vont nous prendre beaucoup de temps. Après cela, il y a la réforme de la PAC, les réformes sectorielles et jusqu‘à 70 textes législatifs à soumettre au Parlement… et j’espère que nous pourrons générer une image de l’Europe qui travaille véritablement au service des objectifs de nos économies de croissance.”

La chancelière allemande, soutenue par la Suède, s’est formellement opposée à la création d’un budget autonome pour la zone euro. Un projet qui était soutenu par François Hollande, et qui aurait représenté une bouée de sauvetage pour certains, comme l’Espagne.

Pas de quoi enlever sa bonne humeur au Premier ministre Mariano Rajoy qui s’estime satisfait :

“Un nouvel objectif a été inscrit pour les politiques européennes, un objectif très important pour l’Espagne- de trouver une réponse au chômage des jeunes. Quand je suis arrivé ici on ne parlait que d’austérité et de d’assainissement budgétaire. Aujourd’hui, après seulement un an au pouvoir, nous parlons déjà de croissance et d’union bancaire.”

Notre correspondante à Bruxelles, Isabel Marques da Silva explique que…

“Malgré l’approbation donnée à une feuille de route pour l’union bancaire, 2013 sera marquée par plusieurs obstacles pour l’intégration européenne- la récession, un éventuel plan de sauvetage pour l’Espagne, les élections italienne et allemande… De quoi inciter les dirigeants européens à repousser les discussions sur la création d’un budget propre à l’eurozone ou le mécanisme de garantie des dépôts pour les épargnants.”

“Malgré l’approbation donné à une feuille de route pour l’union bancaire, explique notre conrrespondante à Bruxelles, 2013 sera marquée par plusieurs obstacles pour l’intégration européenne- la récession, un possible plan de sauvetage pour l’Espagne, les élections italienne et allemande… De quoi inciter les dirigeants européens à repousser les discussions sur la création d’un budget propre à l’eurozone ou le mécanisme de garantie des dépots pour les épargnants.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Optimisme au rdv pour le dernier Sommet européen de 2012