DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'hommage aux 26 victimes d'un tueur fou

Vous lisez:

L'hommage aux 26 victimes d'un tueur fou

Taille du texte Aa Aa

Trois jours après la tuerie de Newton dans le Connecticut, la ville et le pays sont encore sous le choc. Policiers, médecins, psychologues, tous ceux qui ont travaillé sur la scène du crime disent n’avoir jamais rien vécu de plus douloureux.

26 victimes dans cette école dont 20 enfants âgés de 6 et 7 ans. Ils étaient en cours préparatoire, douze fillettes, huit garçons, auxquels le président Obama a rendu hommage sur place, hier, en reprenant cet extrait de la Bible :

“Laissez venir à moi les petits enfants, et ne les en empêchez pas, le royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent.”

Charlotte, Daniel, Olivia, Josephine, Anna, Dylan, Madeline, Catherine, Chase, Jesse, James, Grace, Emily, Jack, Noah, Caroline, Jessica, Benjamin, Avielle, Allison… 20 petits enfants tombés sous les balles d’un tueur fou. Et six de leurs enseignantes. Six femmes dont certaines ont été héroïques.

Dawn la directrice, 47 ans et Mary la psychologue de l‘école, 56 ans, se sont précipitées sur le tireur, au devant du danger, lorsque les premiers coups de feu ont retenti. Elles sont mortes parmi les premières.

Victoria Soto, une jeune institutrice de 27 ans a caché ses élèves dans un placard. Lorsque le tueur est entré dans sa classe, elle a dit qu’ils étaient en sport. Il l’a tuée et les enfants ont été sauvés.

Lauren Rousseau, 29 ans, dont c‘était la première année comme titulaire à l‘école, Rachel Davino, 29 ans et Anne Marie Murphy, 52 ans sont les autres victimes.

Parmi les enfants victimes, Emily, 6 ans, son papa a tenu à parler d’elle, bouleversé : “Elle était juste une petite personne qui pouvait éclairer à elle seule une pièce. Elle avait toujours quelque chose de gentil à dire. Elle est une incroyable personne, et je suis si heureux d‘être son père…”

Sam a eu plus de chance. Il était dans la classe de Kaitlin Roig qui s’est enfermée dans les toilettes avec ses élèves.

“Il y a eu un gros bruit, raconte-t-il. Et puis notre professeur a couru fermer la porte. Ensuite on est tous allés dans les toilettes”.

“Je leur ai dit : je veux que vous sachiez que je vous aime tous très fort, et que ça va bien se passer. Je pensais que c‘était les derniers mots qu’ils entendraient jamais”.

Les Américains et les armes à feu


 
“Barack Obama est en plein milieu d’un débat national qui a commencé quelques heures après la fusillade, souligne notre correspondant à Washington Stefan Grobe, qui s’est rendu à Newtown. Il a fait un excellent discours la nuit dernière. Ce sera le discours de Gettysburg d’Obama, le magnifique et fameux discours  qu’Abraham Lincoln a donné pendant la guerre civile. La question, c’est comment les Américains font-ils face à cette situation? Il est très intéressant de voir que les Américains, pendant les vingt dernières années, ont tourné le dos à une revendication sur un renforcement des lois sur les armes. En 1990, huit Américains sur dix étaient en faveur de lois plus strictes sur les armes à feu. Et en 2010, moins de quatre Américains sur dix ont voulu des lois sur les armes à feu plus fortes”.
 (…) Cette relation de l’Américain ordinaire avec l’arme à feu est “quelque chose de profondément enraciné dans la vie américaine. Cela remonte au 2ème amendement de la Constitution, à 1791. 
La Cour suprême des Etats-Unis l’a soutenu à plusieurs reprises, disant qu’il protège en réalité le droit des individus de posséder des armes à feu, dans les limites de certaines lois bien sûr et à des fins légales. C’est le cas quand on a une arme à feu dans le but de défendre sa maison.
Un autre chiffre est intéressant : cette année en 2012 plus de 16 millions d’Américains ont demandé à être propriétaire d’une arme à feu. C’est un record. Après toutes les fusillades, il y a une tendance de la part des Américains, à se précipiter dans les armureries et à demander des armes parce qu’ils ne se sentent pas en sécurité.
(…) Ce sujet sera au centre d’un débat dans ce pays pendant les prochaines années, probablement pendant le second mandat de Barack Obama. Il va en faire une pierre angulaire de son second mandat”.
 
 
Avec notre correspondant Stefan Grobe