DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La pression s'intensifie aux USA pour réglementer les armes


Etats-Unis

La pression s'intensifie aux USA pour réglementer les armes

Les manifestations contre la NRA, le puissant lobby des armes qui compte 4 millions de membres dans le pays se multiplient. Après l‘énième et tragique fusillade de Newtown qui a vu tomber 26 personnes dont 20 enfants sous les balles d’un jeune homme.

L’Amérique veut des réponses concrètes à l’image de Michael Bloomberg. Le maire de New York est le cofondateur de l’association “Les maires contre les armes illégales” qui exige un contrôle des armes à feu :

“Les mots seuls ne peuvent pas guérir notre nation, seule une action peut le faire. La violence armée est une épidémie nationale et une tragédie nationale qui exige plus que des mots. Nous sommes le seul pays industrialisé qui a ce problème. Dans le monde entier, le seul. Et c’est pourquoi nous avons besoin d’une action nationale immédiate du Président et du Congrès. Cela devrait être la priorité numéro 1 de notre agenda”.

Le gouverneur démocrate du Connecticut où a eu lieu le drame vendredi dernier demande également des actes au niveau fédéral :

“En l’absence de cadre fédéral, dans lequel on limite vraiment la nature explosive des armes et des munitions qui sont utilisées, aucun État ne sera jamais sur d‘être protégée par ses propres lois”.

Barack Obama a réuni hier son vice-président et trois membres de son cabinet, les secrétaires à la justice, à l‘éducation et à la santé pour plancher sur de futures actions.

Mais la Maison Blanche est confrontée à une tâche ardue, le droit de s’armer étant inscrit dans la constitution américaine et son deuxième amendement.

Des options existent néanmoins comme celle d’interdire à nouveau certains types d’armes comme l’avait déjà fait le président Clinton en 1994, celle aussi de favoriser l‘émergence d’une anti-NRA avec un Michael Bloomberg à sa tête…

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Tragédie de Newtown : premières obsèques