Skip to main content

musica

in association with

Jonas Kaufmann, le chevalier de La Scala

20/12/12 20:30 CET

Jonas Kaufmann, le chevalier de La Scala

Wagner disait de Lohengrin qu’il était son plus triste opéra. La Scala de Milan a ouvert sa nouvelle saison avec le chef d‘œuvre du compositeur allemand dont on célèbre en 2013 le bicentenaire de la naissance.

Nul autre que le ténor allemand Jonas Kaufmann ne pouvait incarner le chevalier au signe. “J’ai presque assimilé Wagner avec le lait maternel. Quand j‘étais enfant, il était toujours en arrière-plan. Quand on écoute cette musique au compte-gouttes, elle s’ancre profondément en vous. Quelques années plus tard, quand je me suis penché plus près sur la musique, il y a tellement de souvenirs qui me sont venus en tête, que j’avais l’impression d’avoir été enterré.”

La prestigieuse Scala de Milan a ouvert sa saison avec le chef d‘œuvre de Wagner, sous la direction de Daniel Barenboim. Chaque artiste rêve de se retrouver un jour sur cette scène. Jonas Kaufmann garde un souvenir très vif de sa première apparition : “C‘était évidemment très excitant pour moi à l‘époque. Je me se souviens de cet instant, avant la levée de rideau, quand les premières notes ont retenti. Ça a eu sur moi un tel impact que je me suis dit : Oh, mon Dieu, je suis sur la scène de la Scala!”

Dans Lohengrin, Elsa de Brabant est injustement accusée d’avoir tué son frère. Un chevalier apparaît alors pour la sauver, à condition qu’elle ne lui pose aucune question sur son nom. Mais elle commet la faute, obligeant ainsi le chevalier à la quitter.

Le personnage de Lohengrin est difficile à interpréter car il est tiraillé entre sa mission et ses sentiments. “Il y a de nombreux moments où le héros apparaît tout à coup, comme un éclair, et prononce deux ou trois phrases très dures, froides, puis cela s’efface et il redevient l’amant qui s’est épris d’Elsa et qui veut la protéger. Et donc sa mission passe progressivement en arrière-plan pour laisser place à ses sentiments”, explique Jonas Kaufmann.

“J’aime la faillite du personnage, sa complexité. Jouer un super héros, qui n’a aucun défaut, c’est très ennuyeux je trouve. C’est bien plus intéressant de jouer un personnage qui a plusieurs facettes, qui est guidé par ses émotions”, poursuit-il avant de conclure. “Pour moi, l’un des moments les plus magnifiques se situe à la fin de l’opéra, quand le cygne revient. C’est si fragile, si doux, si délicat. Il ne reste plus rien du glamour et de la gloire du héros, si ce n’est ce petit être humain qui sait qu’il a échoué.”

Interview bonus: Jonas Kaufmann

Plus d'actualités sur :

Copyright © 2014 euronews

| Partager cet article
|
  1. 5 articles ayant un tague
  2. 2 articles ayant un tague
  3. 2 articles ayant un tague
  4. 5 articles ayant un tague
  5. 5 articles ayant un tague
  6. 39 articles ayant un tague
  7. 2 articles ayant un tague
  8. 4 articles ayant un tague
  9. 3 articles ayant un tague
  10. 2 articles ayant un tague
  11. 2 articles ayant un tague
  12. 7 articles ayant un tague
  13. 2 articles ayant un tague
  14. 4 articles ayant un tague
  15. 5 articles ayant un tague
  16. 2 articles ayant un tague
  17. 4 articles ayant un tague
  18. 9 articles ayant un tague
  19. 4 articles ayant un tague
  20. 6 articles ayant un tague
  21. 56 articles ayant un tague
  22. 2 articles ayant un tague
  23. 9 articles ayant un tague
  24. 2 articles ayant un tague
  25. 3 articles ayant un tague
  26. 2 articles ayant un tague
  27. 3 articles ayant un tague
  28. 4 articles ayant un tague
  29. 10 articles ayant un tague
  30. 6 articles ayant un tague

Identifiez-vous
Merci d’entrer vos identifiants de connexion

ou Rejoignez la communauté euronews

Avez-vous oublié votre mot de passe ?