Skip to main content

Dernière Minute
  • Ukraine : 14 morts dans des combats dans l’Est dont au moins 10 soldats (Armée ukrainienne/AFP)
L’interface cérébrale pour ordinateur capable de lire dans les pensées
| Partager cet article
|

“Nous avons développé des interfaces cérébrales pour ordinateur qui permettent de contrôler différents appareils et programmes sans les mains, seulement en utilisant la pensée”, explique Christoph Hintermüller, en charche de la recherche et du développement chez Guger Technologies. Cette entreprise autrichienne est à l’origine de cette technologie, destinée aux personnes handicapées.

Des électrodes placées sur le cuir chevelu traduisent les intentions de l’utilisateur en commandes électroniques. “Une interface cérébrale pour ordinateur capture divers signaux électriques dans la tête, qui sont ensuite décodés et transformés en tâches et actions spécifiques”, souligne Christoph Hintermüller. Ce qui permet de jouer en ligne sur un ordinateur, sans les mains. L’utilisateur sélectionne les boutons simplement en regardant les flèches clignotantes à l‘écran. La fréquence du clignotement est reproduite dans le cortex cérébral et lue par les électrodes. “Dès que l’on a compris l‘électro-encéphalogramme produit par les groupes de neurones du cerveau, on peut cartographier l’activité cérébrale et décrypter les intentions de l’utilisateur. A partir de là, l’interface peut commander n’importe quel appareil, comme une télévision”, explique Arnau Espinosa Manzanal de Guger Technologies.

Développée dans le cadre d’un projet de recherche européen, cette technologie permet d’avoir accès plus facilement aux appareils électroniques du quotidien. L’utilisateur peut naviguer à travers différents menus à l‘écran, simplement en focalisant son attention sur les boutons de commande. Des personnes lourdement handicapées peuvent ainsi taper des messages textes et communiquer en ligne sur les réseaux sociaux.

A l’avenir, le système pourrait permettre de contrôler à distance des robots et des véhicules de transport personnels comme des fauteuils roulants électriques. “Le système va continuer à être développé pour intégrer plus facilement d’autres appareils et programmes existants. L’objectif aussi est d’exploiter les signaux électriques et mécaniques de l’ensemble du corps pour adapter le système aux besoins et aux capacités du patient afin qu’il se sente vraiment à l’aise avec cette application”, conclut Christoph Hintermüller.

Copyright © 2014 euronews

Plus d'actualités sur :
| Partager cet article
|

Identifiez-vous
Merci d’entrer vos identifiants de connexion

ou Rejoignez la communauté euronews

Avez-vous oublié votre mot de passe ?