DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Russie-UE : politique des petits pas


Le bureau de Bruxelles

Russie-UE : politique des petits pas

Un pas de plus dans la politique des petits pas entre les deux superpuissances.

Les sujets polémiques ne manquaient pourtant pas au 30e sommet entre la Russie et l’Union européenne à commencer par le marché énergétique, Poutine ne digère pas que l’Europe accuse le géant Gazprom d’entrave à la concurrence.

A propos d’une circulation sans visa pour certains citoyens russes, l’idée est validée mais trop restrictive, aux yeux de Vladimir Poutine.

Enfin, attaqué sur les droits de l’homme, la meilleure défense de Poutine reste l’attaque.

“Nous sommes préoccupés par de scandaleux cas de violations des droits des minorités russophones dans certains pays de l’Union européenne, les pays baltes, nous sommes préoccupés que des ordures nazis sont traités comme des héros.”

Des critiques précises et ciblées alors que celles du président du Conseil européen, Herman van Rompuy, sont restées voilées, presque poétiques.

“L’Union européenne croit profondément que nous devons créer un espace pour les activités de la société civile afin d’atteindre une société et une économie véritablement modernes.”

Concernant la situation en Syrie, également à l’agenda, Vladimir Poutine, un des derniers soutiens du président Bachar el-Assad, a affirmé qu’il rebuterait je cite à “voir le chaos s’installer” dans un pays aussi proche de la Russie.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Poutine à Bruxelles : dossiers sensibles à l'ordre du jour