DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le départ de Monti marque le début de campagne des législatives

Vous lisez:

Le départ de Monti marque le début de campagne des législatives

Taille du texte Aa Aa

Survenue dans la foulée de l’adoption du budget 2013 par le Parlement, la démission de Mario Monti marque de facto le début de deux mois de campagne pour les élections générales.

Mais la question que tout le monde se pose dans la Pénisule est de savoir si oui non le président du Conseil italien entend y participer.

Il devrait en dire plus sur ses intentions demain lors de la traditionnelle conférence de fin d’année.

“Je souhaiterais que toutes les actions menées soient poursuivies durant la prochaine législature. L’intérêt national n’est pas lié au fait de savoir qui est au pouvoir à un moment donné. Puisque comme vous le savez mieux que personne, l’intérêt national est un intérêt permanent.’‘

Dans la foulée du Sénat, le Parlement a approuvé vendredi en fin de journée le vote du budget avec une très large majorité : 309 députés se sont prononcés pour, et seulement 55 contre. En attendant le scrutin des 24 et 25 février, le chef du gouvernement démissionnaire a été chargé d’expédier les affaires courantes.

“Je considère que l’Italie a fait du très bon travail au cours des 13 derniers mois. Je pense donc que d’une certaine manière le chemin est déjà tracé et que personne ne sera capable de se détourner de la route tracée par Monti, souligne Massimo Franco, analyste politique au quotidien Corriere della Sera.”

Sénateur à vie, Mario Monti n’a pas techniquement la possibilité d‘être lui-même candidat, mais il peut en revanche décider de parrainer un parti ou une coalition, ou alors autoriser une liste à porter son nom. Un positionement risqué car aucune des formations en lice n’est en mesure d’obtenir seule la majorité selon les derniers sondages.