Fermer
Identifiez-vous
Merci d’entrer vos identifiants de connexion

ou Rejoignez la communauté euronews

Avez-vous oublié votre mot de passe ?

Skip to main content

|

C’est en prison que le Pape Benoit XVI s’est déplacé en personne ce samedi pour annoncer la bonne nouvelle à son ancien majordome: le Vatican a décidé de le gracier. Paolo Gabriele, 46 ans, avait été condamné à 18 mois de prison en octobre pour avoir subtiliser des centaines de documents secrets. Pour l’avocate du majordome, Cristiana Arru, cette décision est une excellente nouvelle: “Ils ont enfin pu se dire tout ce qu’ils n’avaient pas pu se dire durant tous ces mois. Il faut réaliser que ces deux hommes ont travaillé ensemble, côte à côte, jour après jour, pendant si longtemps. Ils avaient de l’affection l’un pour l’autre.”

Mais la réalité n’est pas simple. Le scandale dit du Vatileaks conserve une grande partie de ses mystères, et le caractère bavard du majordome inquiète. Pour certains, le Vatican veut mettre fin à cette affaire le plus vite possible. Le journaliste mexicain Andres Beltramo estime qu’officiellement, “le dossier reste ouvert, mais à travers cet acte, il est clair qu’ils ont decidé de tourner la page.”

En effet, l’enquête n’est pas close. La gendarmerie vaticane poursuit discrètement ses investigations, car certaines fuites de documents dans la presse italienne n‘émanaient pas de Gabriele. “Cette décision a probablement été prise parce que Noël arrive. C’est plus une question d’image que de fond. Parce qu’au final, le mystère reste entier et ne sortira pas des murs du Vatican” estime Giusy Ubriaco, une touriste.

Copyright © 2014 euronews

Plus d'actualités sur :
|