DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Italie attend la décision de Monti

Vous lisez:

L'Italie attend la décision de Monti

L'Italie attend la décision de Monti
Taille du texte Aa Aa

En Italie, la date des prochaines élections législatives a été annoncée : elles se dérouleront les 24 et 25 février prochains, suite la dissolution du parlement par le président Giorgio Napolitano. Annonce logique après la démission du premier ministre Mario Monti, qui devrait, lors d’une conférence en fin de matinée, dire s’il se lance dans l’arène politique.

De leur côté, les partis se préparent. Maurizio Gasparri, un des leaders du PDL qui détenait la majorité au Parlement a affirmé qu’une phase politique s’achevait et cédait la place à une nouvelle, à laquelle son parti prendrait part, avec la conviction de donner à l’Italie des gages de continuité, avec le même engagement qui a été celui du centre droit lors de la dernière législature”.

Le PDL, qui avait donc toujours la majorité après la démission fin 2011 de Silvio Berlusconi en pleine crise financière.

En face, Dario Franceschini du parti démocratique, a estimé que l’Italie méritait une nouvelle phase à partir des lourds sacrifices faits par les italiens lors de l’année écoulée, afin de sauver le pays de la ruine, à laquelle nous a mené le gouvernement de Berlusconi”, dit-il. Aujourd’hui le pays mérite des politiques progressistes et des réformes qui répondent à un principe simple : ceux qui ont plus doivent donner plus et ceux qui ont moins doivent donner moins”.

Mais la grande incertitude reste donc pour l’instant de savoir si Monti lui même se présentera, ce que les milieux d’affaires et les partenaires européens de l’Italie le poussent à faire.
Mais il pourrait préférer rester au dessus de la mêlée politique, selon la presse italienne qui affirme qu’il pourrait briguer le poste de président de la République italienne à la fin du mandat de son prédécesseur à la mi mai.