DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

1,25% des policiers afghans sont des femmes


Afghanistan

1,25% des policiers afghans sont des femmes

C’est donc la première fois qu’une femme est impliquée dans des “tirs fratricides”.
Il faut dire que la police afghane n’a ouvert ses portes à la gente féminine qu’en 2010.
Dans ce centre d’entraînement, situé dans la banlieue de Kaboul, les futurs agents sont formés aux méthodes d’interpellation et de tirs.
En 2014, les forces afghanes assureront seules la protection du pays.

“Depuis que j’ai rejoint la police, j’ai reçu beaucoup d’appels anonymes. On me demande pourquoi j’ai choisi la police et on me menace mais je n’ai pas peur de ces menaces. Je suis fière d‘être policière et de servir mon pays avec mes frères”, explique Farida Hashimi qui suit cette formation pour rejoindre les rangs de la police.

D’autant que la police a besoin de femmes. Elles seules sont habilitées à fouiller les Afghanes et les espaces des maisons ou des bâtiments officiels réservés aux femmes. Actuellement les femmes ne représentent qu’1,25% des effectifs de la police.

“L’Afghanistan est un pays ancré dans ses traditions. Ce que je souhaite dire à la nation, c’est qu’il est temps de donner l’opportunité aux femmes de faire partie de la police et de donner aux femmes la liberté de pouvoir apprendre pour servir notre pays”, ajoute le colonel Mir Ahmad Shah.

Les forces afghanes ont dû engager massivement de nouveaux policiers pour préparer le passage de relais avec l’Otan en 2014. Une accélération du recrutement qui aurait facilité l’infiltration d’insurgés talibans, estiment certains experts.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Un vent de renouveau souffle sur Béthléem