DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La nouvelle constitution peut-elle stabiliser l'Egypte ?


Egypte

La nouvelle constitution peut-elle stabiliser l'Egypte ?

La victoire au référendum sur la constitution annoncée par le pouvoir calmera-t-elle le peuple d’Egypte, place Tahrir ?

Rien n’est moins sûr, au vu des divisions que cristallise cette nouvelle constitution rédigée par une assemblée à majorité islamiste.

Près de deux ans après la chute d’Hosni Moubarak,
l’argument du ‘‘retour au calme’‘ a visiblement séduit une partie des électeurs egyptiens.

Certains sont allés voter sans conviction mais avec l’envie d’accomplir leur devoir démocratique. D’autres se félicitent de l’entrée en vigueur de ce texte.

‘‘Je pense que cette nouvelle constitution est très importante, pour moi comme pour d’autres Egyptiens, parce que je l’ai comparée à celle de 1971”, explique cet homme.

Le Front du salut national (FSN), la principale coalition de l’opposition qui rassemble des mouvements de gauche, laïcs et libéraux, craint, au contraire, une islamisation accrue de la société et la mise en place de la charia en Egypte.

‘‘Nous nous engageons à continuer notre lutte collective pacifique pour supprimer cette constitution par des moyens légitimes dès que possible, car cette constitution n’est pas digne des Egyptiens”, a déclaré Hamdeen Sabahi du FSN.

L’article 219 de ce texte stipule, par exemple, que les doctrines sunnites sont considérées comme des sources d’interprétation pour la loi islamique, “la principale source de législation”.

‘‘Nous ne considérons pas cette constitution comme légitime. Elle viole d’abord nos droits fondamentaux, sociaux et économiques avant même nos droits civils et individuels”, a ajouté Amr Hamzawy du FSN.

Pour le Parti de la liberté et de la Justice de Mohamed Morsi, cette constitution est avant tout la clé de la stabilisation du pays et de son économie, alors que le tourisme est en panne, les investissements étrangers en baisse et la croissance ralentie.

Le leader spirituel des Frères musulmans – dont est issu le parti de Mohamed Morsi – a appelé samedi dernier à une résolution pacifique du conflit au lendemain de violents affrontements à Alexandrie entre partisans du “oui” et du “non” qui avaient fait six blessés.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Un vent de renouveau souffle sur Béthléem