DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La note macabre du tueur de pompiers américains


Etats-Unis

La note macabre du tueur de pompiers américains

Voilà qui risque de mettre de l’huile sur le feu en plein débat sur les ventes d’armes aux Etats-Unis.

William Spengler, le forcené de 62 ans qui a abattu deux pompiers la veille de Noël, avait laissé une note en guise de testament avant de passer à l’acte.

Un document qui fait froid dans le dos et dans lequel il explique avoir délibérément incendié sa maison pour piéger les pompiers.

“Il s‘était équipé de trois armes et d’un important arsenal de munitions. Un revolver Smith & Wesson .38, un fusil à pompe Mossberg et un fusil d’assaut Bushmaster de calibre .223, raconte Gerald Pickering, chef de la police de Webster.”

Une arme semi-automatique semblable à celle utilisée par Adam Lanza, l’auteur du massacre de Newtown qui a causé la mort de 26 personnes, dont 20 enfants en bas âge.

Autre fait accablant : le tueur – qui n’en était pas à son coup d’essai – a pu se procurer ses armes sans difficulté, alors qu’il n’y était pas autorisé depuis le meurtre de sa grand-mère tuée à coups de hâche en 1981.

“Je vais vous lire une des phrases contenues dans ce courrier dactylographié qui montre clairement son intention de tuer sans fournir de motif : “il me reste à vous préparer pour voir combien de maisons du quartier je peux brûler, et faire ce que j’aime le plus, tuer des gens.”

La police explique aussi avoir retrouvé des restes humains dans les ruines de la maison du tireur.

Selon les enquêteurs, il pourrait s’agir de sa soeur de 67 ans qui vivait avec lui, et n’a plus donné la moindre nouvelle depuis le jour du drame.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Shinzo Abe reprend les rênes du Japon