DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Parlement russe fait front à la loi Magnitski

Vous lisez:

Le Parlement russe fait front à la loi Magnitski

Taille du texte Aa Aa

La loi anti-adoption, approuvée par la Chambre Haute du parlement russe porte le nom de Dima Iakovlev. Ce garçon, adopté aux Etats-Unis, en février 2008, est mort à l‘âge de dix-huit mois, oublié par son père américain dans sa voiture, en plein soleil.
Ce mercredi (26 décembre), les 143 sénateurs russes ont voté à l’unanimité en faveur de ce texte. Vendredi dernier, la Douma donnait elle aussi son approbation. Selon le sénateur, Ruslan Gattarov, cette loi est une réponse appropriée à la loi Magnistki, votée le 14 décembre par le Parlement américain. Le texte interdit aux personnalités russes, l’entrée sur le territoire américain, si celles-ci sont liées à la mort du dissident Sergueï Magnitski dans une prison russe en 2009.

Une loi qui divise la société russe

Loin d‘être approuvée par la population, la loi suscite des critiques émises par des membres importants du gouvernement. En tête de ligne figurent le Premier ministre, Sergueï Lavrov et la vice-Premier ministre, Olga Golodets pour qui la loi contredirait un récent accord sur l’adoption passé entre la Russie et les Etats-Unis.
Désormais, le texte est entre les mains du président, Vladimir Poutine, qui doit le ratifier dans les 15 jours. Lors de sa dernière conférence de presse, l’homme fort de la Russie s’est montré, sans conteste, favorable au texte.

“Une large majorité de nos concitoyens sont contre le fait que des étrangers adoptent nos enfants. On doit le faire nous-mêmes. Il faut que nous prenions en charge nos orphelins et les enfants démunis”, a-t-il déclaré.

60 000 enfants adoptés aux Etats-Unis

En 2010, l’UNICEF dénombrait 740 000 orphelins en Russie. Selon le département d’Etat américain, 60 000 Russes ont été adoptés par des Américains lors des vingt dernières années. Galina Sigaeva, de l’agence d’adoption, New Hope Christian Service, estime que les conséquences de la loi Dima Yakovlev seront catastrophiques:

“Seuls les enfants dont les Russes ne veulent pas sont adoptés aux Etats-Unis. Avec cette loi, je n’ose imaginer ce que deviendront ces enfants. Lorsqu’il y a eu, dans le passé, une interdiction temporaire d’adopter nos enfants, il n’y avait pas assez de chambres pour tout le monde.”

En 10 ans, 19 enfants russes auraient perdu la vie aux Etats-Unis selon le délégué aux droits de l’enfant. En contrepartie, des ONG basées en Russie dressent un chiffre alarmant. 1220 enfants adoptés par des familles russes seraient morts entre 1991 et 2006.