Skip to main content

Dernière Minute
  • “Aucun pays ne doit avoir plus de poids que les autres” sur Internet, selon la présidente du Brésil Dilma Rousseff
  • Territoires palestiniens : le Hamas et l’OLP annoncent la conclusion d’un accord de réconciliation (Reuters)
  • RDC : au moins 37 morts dans un accident de train dans le Sud-Est, selon une source officielle
| Partager cet article
|

Le plus gros rassemblement de hackers d’Europe a ouvert ses portes ce jeudi. Jusqu’au 30 décembre le palais des congrès de la ville de Hambourg, dans le nord de l’Allemagne, accueille la 29ème édition du «Chaos Communication Congress». Le programme de la manifestation, à l’initiative du Chaos Computer Club, l’un des groupes de hackers les plus influents du continent, est particulièrement dense. Durant trois jours, des ateliers et des conférences vont se succéder à un rythme effréné. Plus de 6000 participants sont attendus pour débattre de l’avenir du monde numérique.

La liberté sur les réseaux au cœur des débats

De très nombreux hackers ont toujours mis en avant, pour justifier leurs actions, leur volonté de préserver une liberté totale sur les réseaux. La tentative de prise en main du web par des gouvernements ou des entreprises a toujours été dirigé en épouvantail : c’est l’objectif à combattre. La résistance à tous les systèmes de contrôle, existants ou futurs, sera donc l’un des grands thèmes abordés.

Le point d’orgue de la première journée a été la conférence de Jacob Appelbaum, une des figures du net-activisme. Il a ainsi exposé le danger que représente, à ses yeux, la construction par la NSA d’un grand centre de traitement de données dans le désert de l’Utah. L’agence américaine aurait ainsi dépensé plus de deux milliards de dollars pour construire ce centre, l’un des plus secrets et sécurisés au monde. En théorie, tous les mails, les SMS envoyés par un citoyen lamba, ainsi que les transmissions codées, pourraient être interceptés par des experts. « L’objectif du centre de la NSA est d’espionner tout le monde, c’est une réalité » a ainsi affirmé Appelbaum. L’américain de 29 ans, membre du groupe de hacker Cult of the Dead Cow, a également déclaré que la construction de tels centres était « une atteinte à la dignité humaine et un réel danger pour la démocratie ». Selon lui, une plus grande transparence est nécessaire pour lutter contre ces dérives. Appelbaum a ainsi cité le projet Tor (The Onion Router, le routage en oignon), dont il est aussi partie prenante, qui consiste en un déploiement d’un réseau mondial décentralisé de routeurs transmettant des données de façon anonyme. Pour le jeune homme, l’essor de Wikileaks, dont il est l’une des voix, est également primordial à la libre circulation de l’information.

Plus de 90 conférences seront organisées pendant trois jours placés sous le slogan «NOT MY DEPARTEMENT». Un slogan plutôt ironique, que l’on peut traduire par pas de ma responsabilité, en référence à la volonté affichée par de nombreux informaticiens et développeurs de ne pas assumer la responsabilité et les conséquences de leurs actes. Au contraire, pour les hackers, cette notion de responsabilité est cruciale. Selon eux, chacun doit avoir conscience de la portée de ses actions.

CCC
D’où l’emblème de la manifestation, une fusée …renvoyant aux travaux de
Wernher von Brau.

Les droits d’auteur, la sécurité informatique, des performances artistiques seront également au programme de ces rencontres au centre de l’agenda numérique.

*Reste cette énigme : 2(9) C-3 ? Derrière cette étrange suite de caractère se cache 29ème édition, pour 2(9), et Chaos Communication Congress, pour C- 3. Simple, non ?

Copyright © 2014 euronews

Plus d'actualités sur :
| Partager cet article
|

Identifiez-vous
Merci d’entrer vos identifiants de connexion

ou Rejoignez la communauté euronews

Avez-vous oublié votre mot de passe ?