DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Otages français : une vidéo d'Aqmi redonne espoir aux familles


monde

Otages français : une vidéo d'Aqmi redonne espoir aux familles

Al Qaïda au Maghreb islamique accuse la France de bloquer les négociations sur les otages qu’il détient dans le Sahel depuis plus de deux ans. L’un des dirigeants d’Aqmi, Abdel Hamid Abu Zeid, s’est exprimé dans une vidéo diffusée sur internet dans laquelle il se dit prêt à dialoguer avec les autorités françaises. Il ajoute que les quatre otages français sont vivants, pour le moment. “Il y a un an environ, nous avons averti la France de notre disposition à négocier et depuis nous attendons sa réponse. La France est responsable de l’arrêt des négociations. Aqmi reste ouvert au dialogue”, déclare-t-il notamment.

Mais pour le président français François Hollande, il ne faut pas donner de crédibilité à ces paroles : “Ce ne sont pas les ravisseurs qui peuvent ici faire la leçon ou dire qu’elles doivent être les négociations. La meilleure des façons pour sortir nos ressortissants des mains de ceux qui les ont capturés, c’est de rester le plus discret possible et de ne pas rentrer dans je ne sais quel débat.”

Le 8 décembre dernier, le frère d’un des otages avait lancé un appel à Aqmi qui lui a donc répondu. Cette vidéo constitue un motif d’espoir pour les familles. “On essaye de rester confiants parce qu’on se dit qu‘à partir du moment où il y a du contact, il y a possibilité de discuter et donc ça donne l’espoir d’arriver à une issue”, souligne Pascale Robert, la mère de Pierre Legrand.

Les quatre otages, tous collaborateurs d’une filiale de la société Vinci, avaient été enlevés le 16 septembre 2010 à Arlit dans le nord du Niger. Le ministère français des Affaires étrangères dit agir dans la discrétion pour obtenir leur libération.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Athènes : la taverne du coeur du père Argyropoulos