Skip to main content

Dernière Minute
  • France : le gouvernement annonce un déficit public à 3,8% du PIB en 2014, puis 3% en 2015 (AFP)
  • L’EU demande à la Russie d’user de son influence pour mettre fin aux kidnappings et aux assassinats dans l’est de l’Ukraine (Reuters)
  • MH370: des débris retrouvés sur une plage du sud-ouest de l’Australie et sont examinés par les enquêteurs
|

Ratan Tata, sortant d’une de ses créatures baptisée la voiture du peuple… Dévoilée en 2008, et vendue à moins de 2000 dollars, la Tata Nano, est l’emblême d’un conglomérat devenu le fer de lance de l’industrie indienne.
A la tête de l’empire familial depuis 91, Ratan Tata a donné sa démission aujourd’hui.

“Merci beaucoup le soutien sans failles que vous nous avez témoignés, et pour le temps que vous nous consacrez. Aujourd’hui est un autre jour mémorable, de ce qui a été un long voyage.”

L’homme, âgé de 75 ans, peut se targuer d’avoir, selon la formule de nombreux analystes, réveillé un “dinosaure endormi”.

Un géant qui va conquérir à l‘étranger. Fait d’armes remarquable : il achète en 2000 à l’ex-puissance coloniale britannique le fabricant de thé Tetley Tea. Il acquiérera encore l’aciériste anglo-néerlandais Corus en 2007, puis, l’année suivante, Jaguar et Land Rover, deux marques haut-degamme de l’américain Ford.

Tata compte aujourd’hui une centaine de filiales, et réalise 60 % de son chiffre d’affaire, – plus de 75 milliards d’euros- à l‘étranger.

Ratan Tata, célibataire et sans enfants, passe la main à Cyrus P. Mistry, fils d’un autre magnat industriel indien.

Copyright © 2014 euronews

Plus d'actualités sur :
|

Identifiez-vous
Merci d’entrer vos identifiants de connexion

ou Rejoignez la communauté euronews

Avez-vous oublié votre mot de passe ?