Fermer
Identifiez-vous
Merci d’entrer vos identifiants de connexion

ou Rejoignez la communauté euronews

Avez-vous oublié votre mot de passe ?

Skip to main content

Dernière Minute
  • Hollande : “le rythme de nos actions va s’accélérer” contre le groupe Etat islamique – AFP

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, recevait l‘émissaire international Lakhdar Brahimi pour évoquer la crise qui a fait plus de 45.000 morts en 21 mois.
Les pays occidentaux et arabes réclament avec insistance le départ de Bachar al-Assad, mais la Russie n’y croit pas : “Bashar al-Assad a répété, en public comme en privé, et y compris dans ses récents entretiens avec Lakhdar Brahimi à Damas, qu’il ne partirait nulle part, qu’il resterait en place jusqu‘à la fin”, a déclaré Sergueï Lavrov.

“S’il y a un mouvement de panique à Damas et si d’un coup un million de personnes quittent Damas, a rajouté Lakdhar Brahimi, ils peuvent aller seulement dans deux endroits : au Liban et en Jordanie. Mais aucun de ses deux pays ne supportera l’arrivée de 500 000 réfugiés sans imploser. Il n’y a qu’une alternative : l’enfer ou une solution politique.”

La Russie, seule grande puissance aux relations étroites avec le régime d’Assad, a multiplié les contacts ces derniers jours pour faire cesser le bain de sang. Mais hier la Coalition de l’opposition syrienne a décliné l’invitation de Moscou pour des négociations, réclamant des excuses de la Russie pour sa position sur le conflit.

Copyright © 2014 euronews

Plus d'actualités sur :