DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Crash aérien à Moscou : les freins suspectés


Russie

Crash aérien à Moscou : les freins suspectés

Que s’est-il passé hier, pour que l’avion russe termine sa course sur une autoroute, près de l’aéroport de Vnukovo, à Moscou ?
C’est le temps des interrogations, mais aussi de la douleur. On apprend qu’une cinquième personne, une hôtesse de l’air, a succombé à ses blessures ce matin.

“Ça arrive très souvent, trop souvent, estime cette Moscovite. Tout va mal dans ce pays, tout se casse la figure, y compris l’industrie aéronautique.”

Les boîtes noires, actuellement à l‘étude, permettront d’en savoir plus. La météo qui n‘était pas particulièrement mauvaise n’est pas en cause. A écarter aussi, semble-t-il, l’erreur humaine. Le propriétaire de la compagnie low cost Red Wings, a affirmé que les contrôleurs aériens avaient demandé aux pilotes de retarder leur atterrissage, un élément qui pourrait avoir joué un rôle dans la catastrophe.

Après un atterrissage réussi, le Tupolev 204, un avion récent, n’a pas pu s’arrêter et a fini sa course sur l’autoroute, sans faire, par miracle, de victimes chez les automobilistes. A ce stade, l’hypothèse d’une défaillance des freins paraît la plus plausible. Un incident a en effet eu lieu la semaine dernière avec un appareil de ce type à l’atterrissage, en raison d’un problème sur l’inverseur de poussée de l’avion.


Images amateurs – Youtube

Cet accident aurait pu faire bien plus de victimes, mais par chance l’avion de 210 sièges était vide, les huit membres d‘équipage rentraient seuls après avoir déposé des touristes en République tchèque.
Il ne reste que trois survivants.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Elle pousse un homme sous le métro parce qu'elle "déteste les hindous et les musulmans"