Fermer
Identifiez-vous
Merci d’entrer vos identifiants de connexion

ou Rejoignez la communauté euronews

Avez-vous oublié votre mot de passe ?

Skip to main content

Vladimir Poutine a tenu sa promesse. Le président de la Russie a signé un décret afin d’accorder la nationalité russe à Gérard Depardieu. Les deux hommes se disent amis, et l’acteur français est célèbre en Russie.

Ce n’est pas le premier coup d‘éclat de Gérard Depardieu. En décembre, il a annoncé vouloir rendre son passeport français, vexé par une critique du Premier ministre français à la suite de son exil fiscal en Belgique. C’est le village de Néchin, proche de la frontière, qui a accueilli Gérard Depardieu à bras ouverts. Néchin avait déjà la réputation d’abriter de riches français, qui veulent échapper au fisc. Gérard Depardieu compte rester en Belgique. Il a indiqué dimanche dernier que la censure par le Conseil constitutionnel de la taxation à 75% des plus riches français ne changeait pas sa décision.

Peu de temps après avoir reçu la nationalité Russe, la chaîne de télévision russe Perviy Kanal a publié le courrier envoyé par Gérard Depardieu :

“Oui, j’ai fait cette demande de passeport et j’ai le plaisir qu’elle ait été acceptée. J’adore votre pays la Russie, ses hommes, son histoire, ses écrivains. J’aime y faire des films où j’aime tourner avec vos acteurs comme Vladimir Mashkov. J’adore votre culture, votre intelligence. Mon père était un communiste de l‘époque, il écoutait Radio Moscou ! C’est aussi cela, ma culture.En Russie, il y fait bon vivre. Pas forcément à Moscou, qui est une mégapole trop grande pour moi. Je préfère la campagne, et je connais des endroits merveilleux en Russie. Par exemple, il y a un endroit que j’aime, où se trouve le Gosfilmofond dirigé par mon ami Nikolai Borodachev. Au bord des forêts de bouleaux, je m’y sens bien. Et je vais apprendre le russe. J’en ai même parlé à mon Président, François Hollande. Je lui ai dit tout cela. Il sait que j’aime beaucoup votre Président Vladimir Poutine et que c’est réciproque. Et je lui ai dit que la Russie était une grande démocratie, et que ce n‘était pas un pays où un premier ministre traitait un citoyen de minable. J’aime bien la presse, mais c’est aussi très ennuyeux, car il y a trop souvent une pensée unique. Par respect pour votre président, et pour votre grand pays, je n’ai donc rien à ajouter. Si je veux ajouter encore sur la Russie, une prose qui me vient à l’esprit… Que dans un pays aussi grand on n’est jamais seul, car chaque arbre, chaque paysage portent en nous un espoir. Il n’y a pas de mesquinerie en Russie, il n’y a que des grands sentiments. Et derrière ces sentiments beaucoup de pudeur. Dans votre immensité, je ne me sens jamais seul, Slava Rossii !! (Gloire à la Russie !!) Spasibo !” (Merci !)”.

Copyright © 2014 euronews

Plus d'actualités sur :