Fermer
Identifiez-vous
Merci d’entrer vos identifiants de connexion

ou Rejoignez la communauté euronews

Avez-vous oublié votre mot de passe ?

Skip to main content

Dernière Minute
  • France : Réseau ferré de France (RFF) mis en examen pour “homicides involontaires” dans l’affaire du déraillement de train à Brétigny (AFP)
|

En Suisse, c’est la consternation à Daillon, dans le canton du Valais, après la fusillade meurtrière de ce mercredi soir. Qu’est-ce qui a bien pu amener un des villageois à tirer une vingtaine de coups de feu, tuant trois femmes et blessant deux hommes ? Le tireur a été neutralisé après avoir été grièvement blessé au thorax.

On ignore son identité. Les témoins et les enquêteurs parlent seulement d’un individu d’une trentaine d’années, originaire de Daillon, sans emploi et ayant séjourné en hôpital psychiatrique.

Robert Steiner est un des commandants de la police du canton du Valais. “L’auteur était connu de nos services par rapport au séquestre des armes de 2005, et puis pour une ou l’autre consommation de stupéfiants, comme cela a été dit par le procureur tout à l’heure, explique-t-il. Par contre, il n’avait pas de condamnations comme cela a aussi été précisé par le procureur”.

L’homme aurait utilisé deux armes à feu, sans qu’on sache leur origine. De nombreux Suisses possèdent des armes chez eux, ce que dénoncent régulièrement certaines ONG, ainsi que les syndicats et les Eglises. Il y a deux ans, une consultation populaire avait été organisée pour limiter la circulation des armes à feu. La majorité des électeurs avait voté contre.

Copyright © 2014 euronews

Plus d'actualités sur :
|