Fermer
Identifiez-vous
Merci d’entrer vos identifiants de connexion

ou Rejoignez la communauté euronews

Avez-vous oublié votre mot de passe ?

Skip to main content

Dernière Minute
  • #Afghanistan: le bilan monte à 50 morts dans un attentat suicide, selon une source officielle (AFP)

Hugo Chavez, c’est un personnage particulier, comme nous l’explique Beatriz Lecumberri, responsable de l’Agence France Presse au Vénézuela entre 2008 et 2011, et auteur du livre “La révolution sentimentale”:
“La maladie de Chavez a beaucoup surpris, d’abord lui-même, au coeur de son parti, et dans les cercles les plus proches du gouvernement. C’est une chose que personne n’imaginait, Chavez non plus. Ils avaient prévu tous les scénarios possibles mais pas un facteur si imprévisible comme la maladie, la mort, et ils ont pris beaucoup de temps pour assimiler cette possibilité. Chavez avait dit “je vais gouverner jusqu’en 2021”, et tout d’un coup, un élément surgit sur sa route, une chose qu’il ne contrôle pas, qui peut le faire disparaître de la scène politique.

La société vénézuelienne va mettre du temps a s’habituer a un pays sans Chavez. Pour ceux qui sont avec lui, et ceux qui sont contre. C’est un président très particulier, on ne peut rester indifférent face à une telle personnalité. Soit on l’aime beaucoup, soit on le déteste viscéralement.

Il est clair que le chavisme c’est Chavez. C’est très difficile de maintenir ce charisme, cette omniprésence, et cette manière de faire de la politique si particulière et si focalisée sur une personne. Je pense que c’est possible de conserver la révolution bolivarienne sans Chavez, mais le chavisme sans Chavez sera une autre chose. Une autre chose qu’il faudra appeller d’une autre façon.

S’il y avait des doutes sur la transition, Chavez les a effacés quand il est parti pour Cuba en disant : “Je veux que mon successeur soit Nicolas Maduro”. Je crois que c’est une decision logique parce que dans le parti c’est la personne la plus identique à Chavez même s’il n’est pas un militaire comme Chavez. Nicolas Maduro ressemble aux Vénézueliens comme Chavez ressemble aux Vénézueliens.”

Copyright © 2014 euronews

Plus d'actualités sur :