DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Venezuela: les rumeurs de guerre interne dans le clan de Chavez


Venezuela

Venezuela: les rumeurs de guerre interne dans le clan de Chavez

Toujours pas de nouvelles ce dimanche du président Hugo Chavez, hospitalisé à Cuba. Au Venezuela, c’est la réélection sans surprise la veille de Diosdado Cabello à la tête du parlement monocaméral qui dominait l’actualité nationale.
Diosdado Cabello est considéré comme le rival potentiel de Nicolas Maduro, dauphin désigné d’Hugo Chavez.
Beatriz Lecumberri, qui fut directrice du bureau de l’AFP à Caracas de 2008 à 2011, relativise cette rivalité. “Toutes ces rumeurs qui parlent de guerre interne, entre le frère de Chavez, le président de l’Assemblée nationale Diosdado Cabello, et Nicolas Maduro. Je crois que tous ces hommes ont compris que s’ils veulent poursuivre cette révolution, il va falloir respecter ce que Chavez a dit et maintenir l’ordre. Je crois qu’actuellement, la question la plus importante, ce n’est pas Maduro ou quelqu’un d’autre au sein du clan chaviste, mais c’est Maduro ou quelqu’un de l’opposition. Si l’absence du président se confirme, le scénario qui va suivre sera celui de l’organisation d‘élections. Et Chavez a dit très clairement que son héritier était Maduro. Les Vénézuéliens devront décider. Mais ils devront décider entre Maduro et quelqu’un de l’opposition. A mes yeux, c’est la question la plus importante, la plus importante pour l’avenir politique du pays.
Actuellement, l’opposition est-elle prête à avoir un dirigeant de poids ? Celui qui était candidat lors des élections d’octobre dernier, Henrique Capriles, a-t-il encore la force suffisante pour se présenter et gagner les élections?
Je crois que le message donné par le Parti Socialiste Uni du Vénezuela a été : “nous ne nous sommes pas battus les uns contre les autres, mais nous avons formé un bloc uni contre l’opposition.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Centrafrique : la rébellion confirme ses revendications