DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La mode des mariages verts


terra-viva

La mode des mariages verts

En partenariat avec

Le mariage est une institution qui résiste : bon an mal an, on célèbre chaque année dans l’Union européenne, quelque deux millions de mariages.
Certes, le nombre d’unions a diminué, mais les traditions persistent et ces dernières années, un nouveau symbole est apparu, notamment au Royaume-Uni : de plus en plus souvent, les futurs époux sont “éthiques” et la mariée, toujours en blanc, se pare aussi de vert.

Kate et Gareth vont se marier ce printemps à Bournemouth. Ils ont choisi pour accueillir leur mariage, un hôtel baptisé “The Green House” où le moindre détail est vert. C’est là qu’ils ont pris conscience de toutes ces petites choses d’un mariage qui peuvent avoir un impact sur l’environnement.

“Tout d’abord, c’est choisir des produits locaux, de saison, et comme pour l’hôtel, on encourage des entreprises locales pour notre gâteau de mariage, pour les cadeaux offerts aux invités,” souligne Kate, “simplement, cela nous a pris un peu plus de temps de nous tourner vers le commerce bio ou équitable. On fait un choix conscient plutôt que de retenir l’option la moins chère et la plus facile,” poursuit la jeune femme, “cela demande un peu plus de réflexion et on espère que toutes ces petites choses auront leur importance.”

Katie Fewings a créé un site web qui rassemble une foule d’informations sur les mariages verts. Elle était elle-même une mariée en vert. C‘était en 2005 et personne ne savait vraiment alors, ce que c‘était. “J’ai eu l’idée quand je me suis mariée, quand j’ai vu dans les magazines que le budget moyen d’un mariage était de 17.000 livres – mon mari et moi, on ne voulait pas dépenser autant -,” raconte Katie, “je me suis dit : “si les gens sont prêts à consacrer une telle somme à un mariage – et bien sûr, il doit y en avoir certains qui dépensent même beaucoup plus -,” ajoute la créatrice d’“Ethical Weddings”, “imaginez ce qu’on pourrait faire de bien avec cet argent s’il était dépensé correctement.”

Autre pionnière : Becci. C‘était en juin 2004. Elle a pratiquement tout fait elle-même : de la robe de mariée recyclée aux décorations, en passant par les cadeaux. Sa motivation principale était économique, mais pas uniquement. “C’est fantastique que ce soit à la mode, que les gens pensent de plus en plus à l’environnement,” estime Becci, “mais ils pourraient dépenser un peu moins, par exemple en faisant eux-même : c’est plus amusant et ça personnalise le mariage.”

Autre style, autre budget aussi : celui de l’atelier que Lucy Tammam a ouvert il y a quelques mois à Londres. Sa spécialité : les robes de mariée. Des robes faites main, dans le respect des ouvriers et avec des matières sélectionnées. “Quand les gens regardent mes robes, ils ne se disent pas que c’est hippie et éthique, mais que les créations sont magnifiques et uniques,” explique Lucy Tammam, “ils peuvent immédiatement se rendre compte du savoir-faire et de la qualité, mais j’apporte quelque chose en plus en étant éthique ; donc la robe n’est pas qu’une robe, elle a une histoire et c’est ce qu’apprécient la plupart des mariées,” insiste la jeune styliste, “le jour de leur mariage, elles savent que personne n’a été exploité pour les aider à ce que tout soit parfait ce jour-là.”

Et pour être parfait, pas besoin de trop en faire non plus : “si vous essayez de tout faire, cela peut devenir assez stressant et vous n’y arriverez pas forcèment,” lance Katie, la créatrice du site internet spécialisé dans les mariages verts, “certains couples abandonnent cette idée parce qu’ils veulent qu’absolument tout soit vert,” ajoute-t-elle avant de conclure : “je leur dis qu’ils doivent se détendre et que le fait qu’ils essayent de célébrer un mariage éthique, c’est déjà quelque chose d’extraordinaire,” la plupart des gens n’y pensent pas du tout !”

Prochain article

terra-viva

Vitoria-Gasteiz, la "green attitude"