DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Bruxelles : coup de pouce aux entreprises ou nouvel effet d'annonce ?


Le bureau de Bruxelles

Bruxelles : coup de pouce aux entreprises ou nouvel effet d'annonce ?

Encourager et soutenir la création d’entreprise pour créer de la croissance et tourner le dos à la crise. C’est l’objectif affiché d’un plan d’action présenté par la Commission. Il y a deux ans, Dirk Loeckx a crée sa société à Louvain, en Belgique. Elle est spécialisée dans l’analyse des IRM. Pour ce jeune entrepreneur, le plus lourd, c’est l’administratif :

“ Ce que j’aimerais le plus, c’est que les législations soient plus simple, parce qu’elles ont toujours beaucoup d’exceptions. Et en tant que société hi-tech, nous sommes toujours dans les exceptions. Nous travaillons beaucoup à l’international, nous embauchons des gens venus d’autres pays, or ce n’est pas facile de savoir quoi faire et comment le faire “ , déplore-t-il.

Réduire la bureaucratie, faciliter l’accès aux financements, introduire la culture d’entreprise à l‘école. Ce sont quelques-unes des promesses de ce plan d’action.

“ Nous ferons tout ce que nous pourrons pour qu’avec le soutien de la Commission, dans chaque pays de l’Union, on puisse consacrer par exemple deux heures d’enseignement dans les dernières années du lycée à l’entrepreunariat “ , explique le commissaire européen à l’Industrie, Antonio Tajani. “ Mais pour donner aussi la possibilité aux jeunes, dans leur dernière année d‘études, de passer deux ou trois mois en entreprise. “

L’Association des chambres de commerce et d’industrie européennes a des réserves. Pour elle, ce plan manque de clarté :

“ Nous sommes un peu déçus que la Commission soit tombée dans le piège d’essayer de tout inclure dans son plan d’action pour l’entrepreunariat. De notre point de vue, on déborde de l’objectif qui est de donner envie de devenir entrepreneur “ , critique Ben Butters, le directeur d’Eurochambres pour les affaires européennes.

Et crise oblige, les Européens sont de moins en moins nombreux à en avoir l’envie. 37% aujourd’hui. Ils étaient 45% il y a trois ans.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

La dégradation de l'Europe sociale confirmée par un rapport